Mercredi, 22 Mai 2019
Dernières nouvelles
Principale » Médicament contre la calvitie : des patients saisissent la justice

Médicament contre la calvitie : des patients saisissent la justice

12 Mars 2019

Ce médicament contre la calvitie autorisé sur les marchés français et européens pourrait provoquer des baisses de libido et des pensées suicidaires.

Le finastéride, un principe actif contenu dans le Propecia, est responsable de la repousse des cheveux mais serait également à l'origine des des effets secondaires qui touchent certains patients.

"Nous allons lancer trois procédures judiciaires individuelles pour trois victimes du finastéride", a déclaré lundi 11 mars à franceinfo Charles-Joseph Oudin, avocat des victimes dans le dossier du Propecia (aussi appelé finastéride), confirmant une information de nos confrères d'Europe 1.

D'abord un traitement contre l'hypertrophie de la prostate. Les effets secondaires sont jugés rares par l'UE, alors que les patients parlent de 20 % des consommateurs du médicament. L'autorisation pour lutter contre la calvitie a été donnée dans un second temps, en 1999. Le finastéride, c'est un traitement qui a une autorisation de mise sur le marché (une AMM) européenne. Et, surtout, de nombreux hommes ne savent même pas que leurs problèmes sont dus à ce médicament. C'est donc au niveau de l'Europe, et non de la France, que se fait chaque année la réévaluation du fameux équilibre bénéfices-risques.

F1 : Vers l'introduction d'un point pour le meilleur tour en course ?
L'objectif avoué est de maintenir suspense et spectacle jusqu'à la fin de chaque Grand Prix. Une fois n'est pas coutume, ce n'est donc pas le Conseil Mondial qui a le dernier mot.

Alors que des plaintes ont été déposées depuis plusieurs années aux États-Unis, au Canada ou en Israël, l'Agence nationale de sécurité du médicament avait, elle, publié un point d'information pour alerter les professionnels la santé et les patients, au mois d'octobre 2017. Mais cette fois, elle y a ajouté les risques de troubles psychiatriques, qui ont d'ailleurs été inscrits dans la notice à ce moment-là, avec le conseil de stopper tout traitement en cas de symptômes. Ce n'est qu'en février dernier qu'un courrier a été envoyé à tous les médecins prescripteurs.

Au micro d'Europe 1, il a expliqué que le laboratoire MSD, et les autorités de santé, ont tardé à informer des effets indésirables et notamment de leur caractère irréversible. Une première audience doit avoir lieu en avril au tribunal de Nanterre. "C'est ce qui doit appeler de leur part une indemnisation", a-t-il signifié en précisant avoir déjà en main une dizaine de dossiers et 70 autres en cours.

Le Propecia est actuellement prescrit à environ 30 000 hommes en France.

Médicament contre la calvitie : des patients saisissent la justice