Mercredi, 27 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » Une manifestation contre un cinquième mandat de Bouteflika — Bordeaux

Une manifestation contre un cinquième mandat de Bouteflika — Bordeaux

10 Mars 2019

Une marée humaine a envahi pacifiquement les rues d'Alger et des grandes villes d'Algérie en demandant, pour le troisième vendredi consécutif, au président Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat.

L'opposant et homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz, qui a tenté d'être candidat à l'élection présidentielle en Algérie, a fait une courte apparition à la fin de la manifestation à Paris, porté par des partisans.

A Alger, la mobilisation a été très largement supérieure à celles des deux précédents vendredi, pourtant déjà impressionnantes, a constaté l'AFP.

"Il accompagnerait cette proposition d'une série de garanties destinées à montrer sa bonne foi: mise en œuvre anticipée des derniers engagements du Président dont la Conférence nationale et la révision de la Constitution, constitution d'un gouvernement technocratique d'union nationale". Il a présenté à sa place son cousin, qui vit en Algérie et possède les mêmes nom et prénom. "Ils n'ont aucune raison de l'invalider", assure M. Nekkaz. D'autres manifestations ont été également signalées à Ghardaïa (centre), M'sila (nord), Sidi bel Abbes et Tlemcen (nord-ouest), selon ces sources.

L'homme d'affaires était de retour de Genève où il avait été arrêté après avoir fait irruption dans l'hôpital où était soigné le président Abdelaziz Bouteflika. "La lumière est au bout du tunnel: l'élection ne pourra pas avoir lieu". Entre youyous et drapeaux algériens, plusieurs rassemblements se sont formés à travers le pays ce dimanche 10 mars, réunissant des milliers de personnes selon l'AFP. "Dégage", griffonnée au feutre sur un bout de carton.

La Camerounaise Aissa Doumara reçoit le prix Simone Veil — Droits des femmes
Née en 1972 dans le nord du Cameroun, Aissa Doumara Ngatansou a perdu sa mère à 11 ans avant d'être mariée, à 15 ans, sans son consentement.

Les manifestants ont été bloqués par les forces de l'ordre non loin du consulat d'Algérie à Marseille, faisant fuser des "Macron complice, la France soutien d'un pouvoir assassin".

Selon le quotidien d'Oran, deuxième ville du pays, "l'opposition populaire contre le 5e mandat" est "en train de donner à la scène politique algérienne des contours tout à fait vivifiants".

Toujours dans le sud de la France, quelques 300 personnes se sont réunies à Bordeaux.

"Ce vendredi 8 mars 2019 doit être un jour de fête, mettez vos plus beaux habits, soyez beaux pour l'Algérie, qu'elle soit fière de ses enfants" demandait avant les manifestations une internaute, Samira Kada, sur son compte Facebook. "Le régime n'est pas prêt à lâcher le pouvoir mais il n'est pas prêt non plus à retourner au bain de sang", ajoute ce militant de l'association "Agir pour le changement et la démocratie en Algérie".

Une manifestation contre un cinquième mandat de Bouteflika — Bordeaux