Mercredi, 27 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » La Camerounaise Aissa Doumara reçoit le prix Simone Veil — Droits des femmes

La Camerounaise Aissa Doumara reçoit le prix Simone Veil — Droits des femmes

10 Mars 2019

Emmanuel Macron s'apprête à remettre à l'Élysée (Paris) pour la première fois le prix "Simone Veil de la République française", créé pour récompenser des actions en faveur des droits des femmes, vendredi 8 mars.

Sur ce point, elle a été entendue par Emmanuel Macron, qui a annoncé la création d'un fonds doté de 120 millions d'euros pour lutter contre les violences faites aux femmes dans le monde entier. Aissa Doumara Ngatansou a confié recevoir cette récompense "avec beaucoup d'émotion ", le dédiant "à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram ".

Le président Macron a, quant à lui, félicité la récipiendaire du Prix pour son "engagement de plus de 20 ans au service des femmes, mené dans le silence, parfois l'opprobre".

Née en 1972 dans le nord du Cameroun, Aissa Doumara Ngatansou a perdu sa mère à 11 ans avant d'être mariée, à 15 ans, sans son consentement. Elle décide toutefois de poursuivre ses études.

L'entraîneur Paulo Sousa arrive vendredi selon L'Equipe — Bordeaux
Les Giallorossi ont cependant jeté leur dévolu sur Claudio Ranieri et le technicien de 48 ans est bel et bien arrivé au FCGB. Une petite incertitude planait mais, finalement, aucun accroc n'est venu remettre en question le plan des Girondins .

Ce prix décerné s'inscrit dans le cadre de la "diplomatie féministe" de la France "contre les violences sexistes et sexuelles, l'excision, les mariages forcés, pour l'accès à l'éducation des filles et des garçons, pour l'émancipation économique des femmes", selon Marlène Schiappa.

Cette militante, mère de 3 enfants et elle-même mariée de force étant jeune, est notamment venue en aide avec son association aux femmes victimes du groupe terroriste Boko Haram. Paris propose également d'accueillir en 2020 une conférence mondiale sur les femmes, vingt-cinq ans après celle organisée par l'ONU à Pékin en 1995.

De son côté, Aissa Doumara Ngatansou a indiqué que le montant du prix Simone-Veil [100 000 euros] allait permettre à son association de se doter d'un "nouveau centre complet de prise en charge" des victimes et d'étendre ses activités ailleurs en Afrique.

Ce prix "pour moi c'est une interpellation à suivre les pas (de Simone Veil) et à transmettre notre héritage commun pour la cause des femmes aux générations futures qui doivent continuer la chaîne de défense des droits des femmes et des filles", a dit Aissa Doumara en recevant son prix.

La Camerounaise Aissa Doumara reçoit le prix Simone Veil — Droits des femmes