Jeudi, 18 Avril 2019
Dernières nouvelles
Principale » Le Parlement rejette le premier budget du chef du gouvernement — Espagne

Le Parlement rejette le premier budget du chef du gouvernement — Espagne

14 Février 2019

Face à ce désaveu, le chef du gouvernement devrait convoquer des élections législatives anticipées. La presse espagnole évoque déjà l'hypothèse du 28 avril, ou encore celle du 26 mai, qui pourrait se transformer en un " super dimanche " avec la tenue conjointe d'élections européennes, législatives, régionales et municipales à la fois.

À la tête d'un gouvernement ultra-minoritaire avec seulement 84 députés socialistes sur 350, le socialiste avait promis à son arrivée au pouvoir de convoquer rapidement des élections avant de changer d'avis et de décider de présenter un budget pour tenter de se maintenir au pouvoir jusqu'à la fin de la législature en 2020.

Le parlement espagnol a rejeté, mercredi, le premier budget du gouvernement socialiste de Pedro Sánchez.

"Il faut virer Sanchez", a renchéri le leader de Ciudadanos, Albert Rivera.

Carlos Ghosn lâché par son avocat
Motonari Otsura, qui défendait l'ancien PDG de Renault au Japon , n'a pas expliqué pourquoi il avait décidé de démissionner. Il avait auparavant été démis de la présidence de Nissan et Mitsubishi à la suite des premières révélations.

Le vote du budget s'est déroulé dans un contexte tendu, alors qu'a débuté, mardi, le procès de 12 dirigeants indépendantistes à l'origine de la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017.

Un parti catalaniste nécessaire à la majorité du socialiste Pedro Sanchez n'a pas voté le projet de budget 2019.

Leurs discussions ont été rompues vendredi, les indépendantistes continuant à réclamer un référendum d'autodétermination pour la Catalogne, qui est une ligne rouge pour le gouvernement. Très tôt, les séparatistes avaient annoncé qu'ils ne le soutiendraient pas.

Depuis quelques jours, le gouvernement de Pedro Sanchez a adopté un ton de campagne électorale en accusant la droite et les indépendantistes de voter main dans la main. Même la promesse du gouvernement socialiste de consacrer 18 % des investissements de l'État à la Catalogne - 52 % de plus qu'en 2018 - n'a pas convaincu les indépendantistes de voter le budget. Plusieurs sondages, dont le dernier a été publié ce mercredi, donnent le Parti populaire (PP), Ciudadanos et le parti d'extrême droite Vox en mesure de former une majorité au niveau national. Dans cette perspective, l'émergence dans le paysage politique du parti d'extrême droite Vox, lors des élections en janvier en Andalousie, pourtant un bastion du parti socialiste, inquiète la gauche et les indépendantistes. Pedro Sanchez avait besoin du vote des partis régionaux et donc des Catalans qui ont contribué à son élection.

Le Parlement rejette le premier budget du chef du gouvernement — Espagne