Lundi, 18 Février 2019
Dernières nouvelles
Principale » États-Unis : la Maison Blanche n'écarte pas l'éventualité d'un nouveau "shutdown"

États-Unis : la Maison Blanche n'écarte pas l'éventualité d'un nouveau "shutdown"

13 Février 2019

"Nous avons désormais une proposition bipartisane pour accomplir nos objectifs consistant en une meilleure sécurité aux frontières et à éviter un nouveau shutdown insensé", a-t-il dit, ajoutant qu'il ignorait les détails du deal, mais que "les paramètres semblent bons".

Sans compter les nombreux contractuels qui, eux, n'ont pas touché leur paye rétroactivement. Depuis la Maison blanche, le président américain s'est alors dit être "extrêmement mécontent" de cet accord susceptible d'être présenté au Sénat dès mercredi soir, rapporte 20 Minutes.

Ils ont provisoirement accepté de dépenser beaucoup moins que les 5,7 milliards $ US réclamés par le président Donald Trump pour un mur à la frontière, se contentant d'un montant d'environ 1,4 milliard $, selon un haut conseiller au Congrès.

Un calendrier serré mais réalisable si la volonté politique y est.

Bonne nouvelle pour les investisseurs. "J'ai hâte d'examiner le texte complet aussi vite que possible et j'espère que le Sénat pourra agir sur cette mesure sous peu".

Ses mots sont importants puisque M. McConnell avait refusé, pendant le long "shutdown" de décembre et janvier, de soumettre toute loi à un vote sans l'assurance que Donald Trump la signerait.

Une hausse de 4% de la rupture conventionnelle individuelle en 2018 — Emploi
Cette possibilité de rompre son contrat de travail, parfois considérée comme une démission déguisée, a été mise en place en 2008. Ainsi, 437.700 ruptures conventionnelles ont été homologuées en 2018, en augmentation de 3,9 % par rapport à l'année précédente.

Une nouvelle reculade serait très embarrassante face à sa base électorale, alors qu'il vise la réélection en 2020.

Les pourparlers avaient pris fin ce week-end à cause des exigences des démocrates de limiter les détentions d'immigrants par les autorités fédérales, mais les législateurs ont apparemment surmonté cette impasse lundi soir.

La BBC a protesté mardi auprès de la Maison Blanche après l'agression d'un de ses cameramen durant le discours de Donald Trump à El Paso, au Texas, lundi soir.

Cet accord "n'est pas une tentative sérieuse de sécuriser notre frontière", a jugé l'élu de la Chambre Mark Meadows, membre influent du Tea Party. Prétendant que la construction du mur a déjà démarré le long de la frontière mexicaine, il a adapté son slogan de campagne "Build that wall" ("Construisez le mur"), scandé par ses partisans, qui est devenu "Finish the wall" ("Achevez le mur"), affiché en grandes lettres blanches sur fond rouge.

Son nouveau chef de cabinet par intérim, Mick Mulvaney, a par ailleurs brandi la menace d'un recours à une procédure d'urgence exceptionnelle pour débloquer les fonds nécessaires à la construction du mur.

Mais conscient qu'une telle initiative, qui ne fait pas l'unanimité dans son camp, ne manquerait pas de déclencher une féroce bataille politico-judiciaire, Donald Trump s'est jusqu'ici gardé de franchir le pas.

États-Unis : la Maison Blanche n'écarte pas l'éventualité d'un nouveau