Lundi, 22 Avril 2019
Dernières nouvelles
Principale » Privatisation d'Aéroports de Paris: le Sénat vote contre

Privatisation d'Aéroports de Paris: le Sénat vote contre

09 Février 2019

Anne Chain-Larché a également rappelé que le président et directeur général du Groupe Aéroports de Paris, Monsieur Augustin De Romanet, a lui-même confirmé, lors de son audition au Sénat, que la société aurait pu financer les investissements nécessaires à son développement sans une éventuelle privatisation.

En effet, mardi, le Sénat s'est opposé au projet de privatisation du groupe.

" C'est une entreprise qui fonctionne, gardez-la".

La droite a fait une distinction entre ADP et l'entreprise héritière de Gaz de France qu'il lui a semblé moins stratégique et même vouée à être privatisée comme l'a résumé le sénateur LR Roger Karoutchi: "Nous ne sommes pas du tout dans la même situation qu'ADP".

Le projet de loi Pacte sur la croissance des entreprises est pourtant une réforme phare du gouvernement.

Pour la Saint-Valentin, Novès réclamera 3 M€ à la FFR
Illustration de cette volonté acharnée de faire valoir son bon droit, Novès réclame aussi le règlement de... Novès demande à se faire payer les deux années de contrat qu'il lui restait pour son rôle de sélectionneur.

Les sénateurs de l'opposition LR et les socialistes ont fait front commun contre le projet du ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Au terme des débats qui se sont prolongés dans la nuit du 6 au 7 janvier, le Sénat s'est également opposé au projet de privatisation de la Française des Jeux (FDJ). Pour l'instant, l'Etat est obligé de conserver la majorité des parts du groupe ADP. La chambre haute a adopté, par 246 voix (dont LR, PS et CRCE à majorité communiste) contre 78, des amendements de suppression de l'article 44 de la loi Pacte modifiant le régime juridique d'ADP et ouvrant la voie à sa privatisation. La grande majorité des centristes, le groupe LREM et la quasi totalité du groupe RDSE (à majorité radicale), a voté contre. Le débat au Sénat "prouve une chose, c'est que la recomposition politique française nous réserve encore bien des surprises", a-t-il ironisé.

Après cet examen du Sénat, la loi Pacte sera réexaminée par l'Assemblée nationale, où elle a déjà été approuvée en première lecture. Les sénateurs ont d'ailleurs mis en parallèle la privatisation prévue d' ADP et le " désastre financier de la privatisation des autoroutes", remis en lumière par le mouvement des Gilets Jaunes.

"Nous parlons de notre principale frontière", a renchéri David Assouline (PS). Alliés des Républicains dans la majorité sénatoriale, les centristes auraient souhaité que leurs collègues amendent le texte pour une plus grande " transparence " et une meilleure " régulation " économique. Cependant, Michel Vaspart (LR) a jugé " étonnant de vendre au privé ce qui rapporte à l'État ", se disant " opposé à la privatisation d'un monopole ".

Le ministre de l'Economie s'est exprimé sur le résultat du vote: " Je vous ai tendu la main et vous n'avez pas voulu la saisir, votre choix est fait".

Privatisation d'Aéroports de Paris: le Sénat vote contre