Lundi, 18 Février 2019
Dernières nouvelles
Principale » Une peine symbolique pour le couple à l'origine de l'affaire Benalla

Une peine symbolique pour le couple à l'origine de l'affaire Benalla

08 Février 2019

Ils sont à l'origine de l'affaire Benalla, qui a ébranlé le quinquennat d'Emmanuel Macron à l'été 2018.

L'interpellation du couple avait marqué le commencement de l'affaire Benalla.

Georgios D., vendeur grec, et Chloé P., graphiste française, avaient reconnu avoir jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre place de la Contrescarpe à Paris, dans le quartier Latin, où un rassemblement avait dégénéré après une journée de manifestations émaillée de violences. Il y a "peu de risques" que le couple "recommence", a expliqué la juge unique du tribunal correctionnel, et "on peut penser que ce qui a suivi cet événement a déjà développé votre conscience de la gravité des faits", a-t-elle dit aux deux prévenus.

Devant le tribunal, les deux jeunes gens à l'air sage, baptisés "couple de la Contrescarpe" par la presse, avaient redit leurs "regrets". "Ils se présenteront devant le tribunal pour s'expliquer simplement sur les faits", a indiqué leur avocat, Sahand Saber à 20 Minutes tout en refusant d'en dire plus sur leur état d'esprit. Tout est allé très vite " ensuite, affirme Chloé P.: les policiers font usage de gaz lacrymogènes, Georgios D.se prend un coup de matraque, pointe le CRS du doigt tandis qu'un autre met un coup de pied dans une bouteille en verre au sol.

Le jeune homme et sa compagne ont raconté s'être trouvés pris un peu par hasard dans les échauffourées entre groupes de manifestants et policiers et avoir réagi de façon "irréfléchie".

Une collégienne échappe de justesse à une tentative d'enlèvement — Morbihan
La gendarmerie du Morbihan a diffusé sur sa page Facebook un portrait-robot de l'agresseur. Selon les enquêteurs, l'homme est de type européen et âgée d'une cinquantaine d'années.

"Il y avait de la fumée partout, on a perdu le contrôle", a affirmé la jeune femme.

Une version à laquelle n'adhère pas la procureure, qui estime que le couple "savait que ça pouvait dégénérer", l'ambiance n'étant pas "paisible" sur la place.

L'exploitation des vidéos montre que " les CRS ne sont pas vraiment en train de vous charger ", a objecté la juge.

Mais les projectiles qu'ils avaient jetés n'ont fait aucune victime.

Sur une vidéo amateur, on aperçoit Alexandre Benalla, alors conseiller de l'Élysée, brassard de policier au bras, et accompagné de Vincent Crase, gendarme employé de La République en marche. Inconnus de la justice et de la police avant ces faits, les deux jeunes gens encourent une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende pour " violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique n'ayant entraîné aucune incapacité temporaire de travail ".

Une peine symbolique pour le couple à l'origine de l'affaire Benalla