Vendredi, 19 Avril 2019
Dernières nouvelles
Principale » L'ONU accuse Ryad — Khashoggi

L'ONU accuse Ryad — Khashoggi

08 Février 2019

Son assassinat a plongé l'Arabie saoudite dans une grave crise diplomatique et a nettement terni la réputation du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui est accusé par des responsables américains et turcs d'avoir commandité le meurtre.

Le rapporteur de l'enquête conduite par l'ONU après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre dernier a annoncé que celui-ci avait été la "victime d'un meurtre brutal et prémédité, planifié par des représentants de l'Etat saoudien".

Le 10 octobre, un groupe de sénateurs américains, républicains et démocrates, ont activé une loi qui oblige Donald Trump à dire au Congrès, dans un délai de 120 jours qui prend fin vendredi, quels ressortissants étrangers il considère responsable de cet assassinat - et à prendre, le cas échéant, des sanctions à leur encontre.

Si les États-Unis ont déjà sanctionné 17 responsables saoudiens dans cette affaire, aucun haut dirigeant n'a été mis en cause, alors que le Sénat, pourtant contrôlé par le camp républicain du président, a adopté par consentement unanime une résolution jugeant le prince héritier Mohammed ben Salmane "responsable " du meurtre.

Critique de Une intime conviction :: Une intime conviction
Nora s'intègre parfaitement à un récit où par ailleurs tout est vrai - plaidoiries, témoignages, écoutes téléphoniques... Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau de le défendre pour son second procès, en appel.

La rapporteure spéciale des Nations Unies pour les exécutions extrajudiciaires assure détenir les "preuves" que le "meurtre" du journaliste Jamal Khashoggi a été commis par des représentants de l'Arabie saoudite. Dans l'échange, Mohammed ben Salmane affirme que si Jamal Khashoggi ne rentrait pas en Arabie de son plein gré, alors il faudrait le faire revenir de force, et le prince dit être prêt à le faire "avec une balle", selon les responsables cités par le journal. Les deux hommes "sont convenus de l'importance de voir l'Arabie saoudite poursuivre ses investigations" de "manière transparente" pour que "toutes les personnes impliquées rendent des comptes", selon le département d'Etat.

Six organisations de défense de droits humains et de la liberté de la presse ont appelé jeudi les États-Unis à prendre des "mesures concrètes immédiates pour faire avancer la justice ", déplorant "l'absence persistante de transparence " plus de quatre mois après le meurtre du journaliste.

"Il revient au Congrès d'agir", a-t-il insisté.

L'ONU accuse Ryad — Khashoggi