Lundi, 18 Février 2019
Dernières nouvelles
Principale » Di Maio/gilets jaunes: Paris dénonce une "provocation"

Di Maio/gilets jaunes: Paris dénonce une "provocation"

08 Février 2019

Le ministère des Affaires étrangères français a estimé ce mercredi que la rencontre entre Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles, et des gilets jaunes en France était "une nouvelle provocation (.) pas acceptable".

"Le vent du changement a franchi les Alpes".

Luigi Di Maio a écrit mardi sur son compte Twitter avoir "rencontré le leader des 'Gilets jaunes' Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d'Ingrid Levavasseur", ajoutant: "Le vent du changement a franchi les Alpes".

Di Maio évoque "une belle rencontre, la première avant tant d'autres, au cours de laquelle nous avons parlé de nos pays, des droits sociaux et de démocratie directe".

La réaction de Paris ne s'est pas fait attendre.

Macron interpellé sur l'autisme avec beaucoup de franchise — Grand débat
Des " gilets jaunes " de Saône-et-LoireTous les "gilets jaunes" de Saône-et-Loire souhaitent converger sur Autun jeudi 7 février. Emmanuel Macron les a exhortés à se saisir du grand débat .

Pour L'Obs, cette "opération de séduction" ne fait que raviver les tensions existantes entre Paris et Rome.

C'est un pas devant l'autre que Luigi Di Maio sape l'image de la Franc dans le monde. La France imprime le franc dans les colonies pour financer une partie de sa dette: "pour laisser les Africains en Afrique, il suffirait que les Français restent chez eux", avait-il lâché sur la radio italienne RTL 102.5. "Cette rencontre a apporté du crédit et nous a permis de prendre une dimension internationale. Je pense qu'ils vont mal dormir ce soir, Macron aussi", a-t-il expliqué au Parisien.

Peu après, et ce n'est pas une coïncidence, un des principaux, et un des plus connus des leaders des Gilets Jaunes, Eric Drouet, déclare ne pas reconnaître une quelconque "initiative politique " faite au nom du mouvement.

Si une nouvelle rencontre devait bien avoir lieu à Rome, qu'adviendrait-il des relations, déjà fortement détériorées, entre les deux pays?

Di Maio/gilets jaunes: Paris dénonce une