Dimanche, 18 Août 2019
Dernières nouvelles
Principale » La revue Prescrire actualise sa liste noire des médicaments

La revue Prescrire actualise sa liste noire des médicaments

03 Février 2019

Plus dangereux qu'utiles. La revue "Prescrire" dévoile sa liste noire des médicaments à éviter. Parmi les six nouveaux médicaments pointés du doigt et ajoutés cette année à cette liste noire: le Décontractyl (comprimés ou baume).

Deux médicaments en vente libre, dont les effets indésirables sont sous-évalués et peuvent faire courir un risque au malade, ont également été épinglés: il s'agit du Décontractyl (en cachets ou en pommade) et du Toplexil (et ses génériques comme l'Humex, à base d'oxomémazine).

Egalement inscrits cette année, la pommade pour fissures anales Rectogesic, pas plus efficace qu'un placebo, mais susceptible d'entraîner des maux de têtes fréquents, ainsi que la cimétidine (Cimétidine Mylan et autres), autorisée pour des troubles, type brûlures d'estomac et renvois acides. Parmi les autres médicaments très utilisés, des traitements contre le rhume comme les vasoconstricteurs décongestionnants par voies orale ou nasale (l'éphédrine, la naphazoline, l'oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine qui est contenue dans une dizaine de médicaments et le tuaminoheptane) qui exposent à un risque de troubles cardiovasculaires graves voire mortels (poussées d'hypertension, AVC, troubles du rythme cardiaque). Ils sont classés par spécialité dans le rapport et sont prescrits en cas de cancer, de diabète, d'arthrose, d'allergies, d'Alzheimer, de toux, de maladie de peau ou encore d'arrêt du tabac. S'ils ne sont pas condamnés à être retirés du marché, ces 93 médicaments à ne pas utiliser pour les consommateurs, dont 82 vendus en France, sont nouveaux ou anciens et dépassés, voire pas plus performants qu'un placebo.

Google+ s'arrêtera (pour de bon) le 2 avril prochain
Vous pourrez toujours vous connecter avec votre compte Google partout où vous verrez des boutons de connexion à Google . Seules les photos et vidéos préalablement sauvegardées dans Google Photos seront épargnées, apprend-on.

Fin 2017, les autorités sanitaires ont interdit la publicité grand public pour ces vasoconstricteurs, relève Bruno Toussaint, directeur éditorial de Prescrire. L'analyse permet de recenser des médicaments jugés dangereux.

La liste 2019 établie par la revue Prescrire recense 93 médicaments à ne pas utiliser pour les patients.

La revue Prescrire actualise sa liste noire des médicaments