Samedi, 11 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Libération sous conditions de Laurent Gbagbo

Libération sous conditions de Laurent Gbagbo

01 Février 2019

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé lors de l'audience du 15 janvier 2019 devant la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas.

Les juges ont décidé à l'unanimité de libérer M. Gbagbo et Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes, sous la condition qu'ils soient accueillis par un État membre de la CPI "disposé à les accepter sur son territoire et désireux et apte à faire respecter les conditions fixées par la Chambre d'appel", a déclaré le juge président de la CPI, Chile Eboe-Osuji.

"On attend de voir les conditions que la CPI va imposer à cette libération mais si ces conditions n'empêchent pas Laurent Gbagbo de se rendre en Côte d'Ivoire, il prendra attache avec le pouvoir en place pour voir dans quelles conditions il devrait s'y rendre", a indiqué Georges Aka, secrétaire national du Front populaire ivoirien en Europe à France 24. L'ancien président ivoirien avait été acquitté en janvier par les juges de CPI des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité et ordonné sa libération. S'il est vrai qu'aucune décision des juges de la chambre d'appel sera donnée ce jour, les partisans de Gbagbo et Blé comptent aller jusqu'au bout de leur mobilisation pour leurs leaders.

L'Accusation a fait appel de cette décision. En première instance, les magistrats avaient en effet mis en avant le manque de preuve solide dans le dossier du procureur. Bruxelles a donné son accord pour recevoir l'ancien chef d'État.

La famille de Michael Jackson dénonce un "lynchage public" après un documentaire
Visiblement ému, l'homme de 64 ans a conclu son interview en suppliant les gens de respecter la mémoire de son frère. Laissez-le reposer en paix, s'il-vous-plaît, laissez-le reposer en paix.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

Le Font populaire ivoirien (FPI) informe ses militants, les démocrates de Côte d'Ivoire et les populations ivoiriennes dans leur ensemble, qu'un premier contingent d'Ivoiriens exilés depuis avril 2011 au Ghana regagnera son pays natal, le jeudi 31 janvier 2019. Plusieurs demandes ont été adressées par ses avocats, notamment à l'Allemagne.

Dans ses observations, l'Accusation avait argué de "circonstances exceptionnelles" justifiant, soit le maintien en détention, soit une mise en liberté sous conditions.

Le FPI, le parti de l'ex président ivoirien Laurent Gbagbo a annoncé dans un communique mardi, que les personnes exilées fuyant la crise post électorale de 2010-2011 qui a secoué le pays, entraînant plus de 3.000 morts, sont sur le point de rentrer au bercail.

Libération sous conditions de Laurent Gbagbo