Lundi, 21 Septembre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Le Défenseur des droits "espère" des mesures sur l'usage des LBD

Le Défenseur des droits "espère" des mesures sur l'usage des LBD

18 Janvier 2019

Répondant au nom du gouvernement, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, est revenu sur le contexte des manifestations des Gilets jaunes, caractérisé par des manifestations "non déclarées" et "non encadrées". Le patron de la police nationale précise notamment que "le tireur ne doit viser exclusivement que le torse ainsi que les membres supérieurs ou inférieurs".

On se prend des bouteilles en verre, des parpaings, de l'acide, des boulons. Les forces de l'ordre ne doivent y recourir qu'"en cas d'absolue nécessité" et "de manière strictement proportionnée", ne pas tirer au-dessus des épaules, ni à moins de dix mètres de la cible. "Si on nous les retire, plus aucun collègue ne voudra aller sur les manifs".

Mais "lorsqu'il y a une pagaille pas possible, tu ne peux pas l'utiliser sans risque de dégâts collatéraux ", tempère un autre, rompu au maintien de l'ordre.

Depuis le début du mouvement, l'IGPN, la "police des polices", a reçu plus de 200 signalements de violences policières, sans qu'on sache combien sont liées au LBD.

"Mais vous avez assisté comme moi à cette violence dans chacune des manifestations, avec des attaques systématiques contre les institutions, contre les forces de l'ordre", a-t-il ajouté.

La mise en garde de la gendarmerie de Gironde — Bird Box Challenge
Désormais, tous les canulars et défis pouvant potentiellement causer des dommages physiques ou émotionnels seront bannis. Le 15 janvier, YouTube mettait à jour ses règles de modération.

"Le ministre de l'Intérieur était ce vendredi matin l'invité d'Europe 1 et s'est exprimé au sujet de la demande du Défenseur des droits Jacques Toubon, réclamant la " suspension " des lanceurs des balles de défense (LBD 40) en raison de leur " dangerosité ". Quant aux LBD, ils ne sont utilisés, selon Laurent Nunez, que lorsque les policiers sont "vraiment acculés" et dans "des conditions très strictes". "Je n'ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant", a-t-il affirmé cette semaine.

"Nous avons déterminé, à partir des cas qui nous sont soumis, que l'usage des LBD 40x46 pouvait présenter une grande dangerosité".

Sur RTL, plus tôt dans la matinée, il avait déjà dit "espérer que le gouvernement prendra des dispositions" sur l'usage des lanceurs "devant l'évidence aujourd'hui de [leur] dangerosité".

Le 12 décembre, Jean-Marc Michaud, un horticulteur de Charente-Maritime de 41 ans, a eu le côté droit du visage défoncé par une de ces balles de caoutchouc semi-rigides projetées à plus de 300 km/h, et perdu son œil droit.

Jeudi 10 janvier, le Défenseur des droits Jacques Toubon a préconisé l'interdiction des flash-ball pour le maintien de l'ordre.

Le Défenseur des droits