Jeudi, 17 Janvier 2019
Dernières nouvelles
Principale » Les jurés désignés — Procès Nemmouche

Les jurés désignés — Procès Nemmouche

13 Janvier 2019

Dans ce procès, Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés d'être auteurs ou co-auteurs de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles.

La défense invoque la responsabilité d'agents israéliens. "Mais aussi une chance", a affirmé l'un de ses avocats, Sébastien Courtoy. (...) Il est très heureux de faire face à un jury. Vers 13h45, la présidente de la cour d'assises a finalement rendu sa décision et estimé que la demande de l'avocat de Mehdi Nemmouche est "prématurée". Poursuivis pour "assassinat terroriste", ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Selon l'accusation, Mehdi Nemmouche est l'homme qui, le 24 mai 2014 vers 15h45, a ouvert le feu dans le hall d'entrée du Musée juif, tuant un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un jeune employé belge du site. Il était en possession de munitions et d'armes, une kalachnikov et un revolver, qui sont identiques à celles utilisées lors de l'attaque au Musée juif. A l'époque, il était revenu depuis peu de Syrie où il avait combattu dans les rangs de ce qui allait devenir Daesh, le groupe Etat islamique.

Dans l'enquête française sur cette séquestration, Nemmouche a été dépeint en gardien "violent", tortionnaire de prisonniers syriens et admirateur de Mohamed Merah, l'homme qui avait tué trois enfants et un père juifs en 2012 à Toulouse (sud de la France). Soupçonné d'y avoir été l'un des geôliers de quatre journalistes français (appelés à témoigner aux assises de Bruxelles), il a été inculpé fin 2017 à Paris et un autre procès se profile pour lui en France.

Un quadruple assassinat dont le caractère antisémite ne fait aucun doute selon Yohan Benizri, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, partie civile au procès. "Les auteurs n'ont pas choisi leurs victimes au hasard, mais ils ont clairement ciblé les Juifs", a renchéri lundi Patrick Charlier, directeur d'Unia, agence publique de lutte contre les discriminations qui est également partie civile.

Emmanuel Macron: "beaucoup trop" de Français oublient le "sens de l'effort"
Ayons le sens de l'effort demain: Acte IX! ", a exhorté, sur Twitter, le patron des Patriotes, Florian Philippot". Mais, dans son discours, il n'a pas manqué, en creux, de faire référence au mouvement des gilets jaunes .

Mehdi Nemmouche avait été arrêté six jours après les faits, le 30 mai 2014, à la gare routière de Marseille. C'est là que son co-accusé Nacer Bendrer a été arrêté en décembre 2014, soupçonné de l'avoir aidé à se fournir en armes.

En 2008, les deux délinquants avaient fait connaissance à la prison de Salon-de-Provence (sud de la France), où ils étaient décrits comme radicalisés, faisant du "prosélytisme " auprès des autres détenus musulmans. Leur proximité est notamment attestée dans l'enquête par 46 contacts téléphoniques en l'espace de 15 jours en avril 2014, époque à laquelle Nemmouche est soupçonné être en pleins préparatifs.

Le jihadiste belge y évoque l'idée de kidnapper des personnalités pour demander en contrepartie la libération de certains "frères" incarcérés, dont Mehdi Nemmouche.

Son interrogatoire par la cour, prévu à partir de mardi, pourrait permettre d'en savoir plus sur ses rapports avec les auteurs des attaques du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts) et du 22 mars 2016 dans le métro et l'aéroport de Bruxelles (32 morts).

Les jurés désignés — Procès Nemmouche