Mercredi, 27 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » Les USA prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales

Les USA prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales

09 Janvier 2019

"Ce déploiement d'environ 80 personnes est une réaction au risque que des manifestations violentes puissent avoir lieu en République démocratique du Congo en réaction aux élections qui se sont déroulées le 30 décembre 2018", a- t-il écrit.

Au total, 80 soldats américains ont été déployés au Gabon ce mercredi pour parer à d'éventuelles violences en République démocratique du Congo, suite à l'élection présidentielle congolaise de dimanche dernier. Il a annoncé que des forces supplémentaires peuvent être déployées au Gabon, en République démocratique du Congo ou en République du Congo, si nécessaire à ces fins.

Edouard Philippe annonce une "loi nouvelle" durcissant "les sanctions contre les casseurs"
Actuellement, les citoyens se rendant à un rassemblement encourent pour leur part une amende allant jusqu'à 38 euros. Comme l'a fait remarqué un journaliste de La Chaîne parlementaire sur Twitter, un tel dispositif existe déjà.

"Les premiers membres de ce contingent américain sont arrivés à Libreville, au Gabon, le 2 janvier 2019, muni du matériel de combat approprié et soutenu par un avion militaire" et " resteront dans la région jusqu'à ce que la situation en matière de sécurité en République démocratique du Congo devienne telle que leur présence ne soit plus nécessaire ", selon la lettre de Trump au Congrès dont KivuPress.info s'est procuré une copie. Dans une lettre adressée au Congrès, Donald Trump a indiqué qu'ils resteraient "dans la région jusqu'à ce que la situation en RDC ne nécessite plus leur présence". La publication de ces résultats prévue ce dimanche, a été renvoyée à une date ultérieure, selon le président de cette commission, Corneille Nnanga. La CENCO, une organisation des prêtres catholiques au pays, avait notamment déployé au moins 40.000 témoins dans près de 75.000 bureaux de vote à travers le pays. En face l'opposition et la très influente Conférence épiscopale congolaise (Cenco) s'impatientent et soupçonnent le régime de Joseph Kabila de préparer l'opinion publique à une manipulation des résultats pour imposer le candidat du pouvoir.

" Cette action a été entreprise conformément à ma responsabilité de protéger les citoyens américains, chez nous et à l'étranger, et dans le respect des intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis, conformément à mon pouvoir constitutionnel de diriger les relations extérieures des États-Unis et en tant que commandant en chef et chef Exécutif", a t-il ajouté.

Les USA prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales