Dimanche, 24 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » John Bolton exige un engagement turc de ne pas attaquer les Kurdes

John Bolton exige un engagement turc de ne pas attaquer les Kurdes

08 Janvier 2019

Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron se sont aussi entretenus au téléphone à ce sujet lundi soir et ont dit s'être entendus sur "un retrait réfléchi et coordonné des troupes américaines".

Le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton, en visite en Israël, a précisé l'une des conditions du retrait des troupes américaines de Syrie: un engagement ferme de la part de la Turquie qu'elle ne profitera pas de ce départ pour attaquer pas les Kurdes. Leur conférence de presse conjointe a été annulée et aucun détail sur leurs discussions n'a été communiqué.

"En ce qui concerne les déclarations de Pompeo, il n'est absolument pas question d'une telle assurance donnée lors des entretiens (entre Erdogan et Trump) ou via d'autres canaux", a assuré M. Kalin. "Le président Erdogan a pris un engagement auprès du président Trump lorsqu'ils ont discuté tous les deux de ce à quoi cela devrait ressembler - [un engagement selon lequel] les Turcs continueront la campagne contre l'EI après notre départ et feront en sorte que les gars avec qui nous avons combattu, qui nous ont assistés dans la campagne contre l'EI, soient protégés", a affirmé Mike Pompeo à la chaîne CNBC.

"Que personne n'attende de la Turquie qu'elle donne des assurances à une organisation terroriste", a-t-il lâché.

Un porte-parole de M. Bolton, Garrett Marquis, a néanmoins qualifié son entretien avec M. Kalin de "productif".

VIDÉO. Le portail du ministère de Benjamin Griveaux défoncé
Le parquet de Paris a indiqué qu'il avait ouvert une enquête confiée au 3 district de police judiciaire. Quelques membres du gouvernement ont diffusé des photos de ces dégâts.

Comme l'explique le magazine en ligne Politico, l'annonce du retrait américain de Syrie le 19 décembre dernier a constitué un revers important pour l'État hébreu, qui a immédiatement craint que la république islamique d'Iran, son ennemie jurée, n'en profite pour avancer ses pions en Syrie, pays voisin d'Israël.

John Bolton était accompagné en Turquie par le chef d'état-major interarmes, le général Joseph Dunford, et par l'émissaire spécial pour la Syrie, James Jeffrey.

La Turquie s'est engagée à éradiquer ce qui reste de l'EI en Syrie après le retrait américain mais des experts doutent de sa capacité à mener ce combat sans la pleine coopération de la Russie, alliée du régime syrien et acteur clef dans le conflit.

Le président turc a réitéré la menace qu'il brandit depuis des mois de lancer une offensive militaire contre les YPG pour les chasser de la zone qu'ils contrôlent dans le nord de la Syrie, le long de la frontière turque.

John Bolton exige un engagement turc de ne pas attaquer les Kurdes