Dimanche, 24 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » Trump prêt à tenir "des mois, voire des années" — "Shutdown"

Trump prêt à tenir "des mois, voire des années" — "Shutdown"

06 Janvier 2019

Quelles sont les portes de sortie pour mettre fin au "shutdown" qui paralyse 25% des administrations fédérales depuis le 22 décembre? "Mais promettons que lorsque nous ne serons pas d'accord, nous nous respecterons et nous respecterons la vérité", a-t-elle ajouté dans un discours devant la nouvelle Chambre qui compte un nombre record de femmes et d'élus issus de minorités.

Interrogé sur Fox News, le vice-président Mike Pence n'a pas exclu des discussions sur ce thème.

Donald Trump a affirmé être déterminé à faire durer la paralysie des institutions fédérales américaines jusqu'à ce qu'il obtienne le financement de "son" mur à la frontière mexicaine. Leur but: s'afficher comme le parti "raisonnable" face à ce qu'ils considèrent comme les "caprices" de Donald Trump.

Le président Donald Trump a déclaré vendredi que la fermeture des services pourrait durer des mois, voire des années, s'il n'obtenait pas les milliards de dollars nécessaires pour construire un mur à la frontière avec le Mexique.

S'ils ont renforcé leur majorité au Sénat, avec 53 sièges sur 100, les républicains ne peuvent se passer des démocrates, car ils ont besoin de 60 voix pour approuver toute loi budgétaire.

Suite à la prestation de serment hier, Pelosi a lancé plusieurs mises en garde au Président Trump en soutenant un projet de loi sur le budget fédéral qui ignore tout simplement les requêtes du locataire de la Maison Blanche relatives à l'enveloppe qu'il souhaite avoir pour financer la construction du mur, une promesse de campagne électorale qu'il entend réaliser pour pouvoir garder cimentée sa base électorale.

Allemagne : les données personnelles de centaines de responsables politiques divulguées sur internet
La police criminelle (BKA) et le renseignement intérieur sont chargées de l'enquête. Des hackers russes ont notamment été soupçonnés d'orchestrer ces opérations.

Les démocrates, eux, se disent favorables à une sécurité "forte" aux frontières, mais opposés à un mur qu'ils jugent "inefficace".

Apple a reconnu mercredi que son chiffre d'affaires à la fin de l'année était bien moins élevé que prévu et qu'il avait vendu moins d'iPhone, à cause du ralentissement de l'économie chinoise, mais aussi de la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump.

Avec leur nouveau contrôle de la Chambre, les démocrates décrochent en effet la tête de commissions parlementaires dotées de puissants pouvoirs d'investigation, notamment ceux d'assigner les témoins à comparaître et d'ordonner la présentation de documents. Et certains jeunes élus évoquent ouvertement la perspective d'une procédure de destitution, ou "impeachment".

Mais Nancy Pelosi a pour l'instant écarté cette idée, affirmant vouloir d'abord attendre les conclusions des enquêtes. "Mais je ne pousse pas en ce sens", a-t-elle encore récemment déclaré à l'édition américaine du magazine Elle.

Dans la même veine, le démocrate de Californie, membre de la Chambre des représentants US, Brad Sherman, avait annoncé, jeudi, son intention d'introduire une motion de censure contre le Président Trump dès l'ouverture du 116è Congrès.

Pour l'instant, toute tentative de destituer le 45e président des Etats-Unis n'irait pas loin: si les démocrates sont en position de voter sa mise en accusation à la Chambre, c'est au Sénat qu'il reviendrait ensuite de faire son procès.

Trump prêt à tenir