Dimanche, 24 Mars 2019
Dernières nouvelles
Principale » Présidentielle en RDC : la conférence épiscopale congolaise connaît le nom du vainqueur

Présidentielle en RDC : la conférence épiscopale congolaise connaît le nom du vainqueur

04 Janvier 2019

"Il est important de souligner que les irrégularités observées n'ont pas pu entamer considérablement le choix que le peuple congolais a clairement exprimé dans les urnes", a ajouté le secrétaire général et porte-parole de la Cenco, l'abbé Donatien Nshole.

De leur côté, les Etats-Unis ont appelé jeudi les autorités électorales de RDC à "respecter" le choix des Congolais en publiant des résultats "exacts".

Selon la Synergie des missions des observations citoyennes des élections (Symocel), 27% des bureaux où se trouvaient ses enquêteurs ont ouvert leurs portes plus tard que stipulé par la loi, et 24% ont fermé prématurément.

Il a plaidé pour le dialogue à quelques jours de la proclamation des résultats provisoires par la Céni, qui a évoqué la date-butoir de dimanche.

"Nous ne dormons pas. Mais si on n'y arrive pas, à l'impossible nul n'est tenu", a ainsi déclaré le président de la Céni, Corneille Nangaa.

Lors des élections contestées de 2011, des ONG avaient dénoncé des fraudes dès le stade des "centres locaux de compilation des résultats".

Le ministre des Médias, Lambert Mende, a rappelé jeudi que seule la Céni était "habilitée à annoncer et publier les résultats des votes".

RFI ( Radio France Internationale) est l'un des médias les plus écoutés en République Démocratique du Congo.

Arrestation de deux Françaises soupçonnés d'être liées au groupe EI — Turquie
Certains des suspects se trouvaient en Syrie avant d'arriver en Turquie a précisé l'une des agences, sans donner plus de détails. Les deux françaises ont été arrêtées en Turquie en même temps que 10 autres personnes.

Dans un communiqué mardi, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) avait fait état d'actes de vandalisme ayant ciblé ses propres installations dans trois territoires de l'Ouest, un du centre et un de l'Est acquis aux deux principaux candidats d'opposition, Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.

RFI "regrette le retrait de l'accréditation de sa correspondante à Kinshasa, Florence Morice, qui n'a exercé que son travail de journaliste professionnelle", s'est défendue sa direction.

Sans citer les mesures à l'encontre de RFI, Paris a appelé au respect de la liberté de la presse en République démocratique du Congo, où l'accès à l'internet est coupé depuis lundi, comme l'envoi de SMS.

"Nous les avons mis face à leur responsabilité", a ajouté M. Traoré, sur fond de risques de violences à l'annonce des résultats provisoires.

Lambert Mende a reproché à RFI "de proclamer les résultats, les tendances, alors qu'il n'y a que le président de la Céni [Commission électorale nationale indépendante] qui peut proclamer les résultats et les tendances".

L'UA relève tout de même un "dysfonctionnement de la machine à voter", "la disponibilité tardive des listes électorales et des formulaires de procès-verbaux de dépouillement et des résultats", ainsi que "la suppression de plusieurs bureaux de vote à Kinshasa".

L'élection présidentielle en RDC doit désigner le successeur du président Joseph Kabila, contraint par la Constitution à ne pas se représenter après près de 18 ans au pouvoir. L'accréditation de la correspondante de RFI a également été retirée.

"Les élections retardées d'hier n'étaient ni libres ni équitables (.) Rien de tout cela n'est une surprise (.) Les États-Unis doivent redoubler d'efforts pour soutenir le peuple congolais, qui souhaite une transition pacifique et un gouvernement qui réponde à ses priorités", a écrit le républicain Ed Royce.

Présidentielle en RDC : la conférence épiscopale congolaise connaît le nom du vainqueur