Jeudi, 13 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » "Pas de collusion" clame Trump après une cascade de révélations — Enquête russe

"Pas de collusion" clame Trump après une cascade de révélations — Enquête russe

08 Décembre 2018

Michael Cohen, qui se disait autrefois prêt à "prendre une balle" pour Donald Trump, avait admis la semaine dernière avoir menti sur un projet d'investissement du magnat de l'immobilier en Russie mené en marge de la campagne présidentielle.

L'équipe de Robert Mueller doit également lever le voile sur les mensonges proférés au FBI par l'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, qui avait accepté de coopérer avec les enquêteurs pour voir sa peine réduite dans une affaire de malversations financières antérieures à 2016. Selon eux, en raison de sa protection présidentielle, Donald Trump pourrait comparaître devant la justice en tant que "co-conspirateur non accusé" ou mis en examen à l'issue de son mandat.

Sur ce dernier point, distinct de l'enquête russe, les procureurs new-yorkais ont pointé une possible responsabilité personnelle du président américain dans des paiements illégaux effectués à deux femmes pour acheter leur silence et éviter que n'éclate un scandale sexuel. De plus, les documents remis par le procureur Mueller font état de discussions entre Cohen et un dignitaire russe qui, dès novembre 2015, souhaitait assurer "une synergie politique" et "une synergie à un niveau gouvernemental" avec la campagne Trump.

"Comme Cohen l'a lui-même reconnu, pour ces deux paiements, il a agi en coordination et sous la direction" du candidat Donald Trump. "Le président est totalement blanchi, merci!", a-t-il tweeté de façon sibylline. La porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders a elle assuré que les nouveaux documents ne disaient "rien d'important qui ne soit déjà connu" sur le dossier Cohen.

L'information est sortie d'une série de documents déposés vendredi par le procureur spécial et la justice de New York, en prévision du prononcé de la sentence attendu mercredi pour Michael Cohen, l'ex-avocat personnel de Donald Trump, qui a reconnu avoir menti au Congrès sur ses contacts avec la Russie pendant la campagne et avoir enfreint les règles sur le financement électoral.

Soutenez-vous cette journée de mobilisation — "Gilets jaunes"
A Paris, la tour Eiffel, le Louvre seront aussi fermés, tout comme de nombreux commerces et restaurants et 36 stations de métro . Plusieurs pays européens ont conseillé la prudence à leurs ressortissants, voire d'éviter Paris ce week-end comme la Belgique .

Les documents, dans les dossiers impliquant Michael Cohen et l'ancien président de campagne Paul Manafort, scellent une semaine chargée en révélations dans l'enquête en cours de Robert Mueller sur une possible collusion entre la campagne présidentielle républicaine et le Kremlin. Cet individu aurait proposé à Michael Cohen une rencontre entre Donald Trump et le président Vladimir Poutine, faisant miroiter "un impact phénoménal", tant politiquement que sur le projet immobilier que caressait Trump à l'époque de construire une "tour Trump" à Moscou.

Michael Cohen affirme désormais que les négociations pour la construction d'une "Trump tower" à Moscou se sont poursuivies jusqu'en juin 2016, alors que le candidat républicain était déjà en course.

"Au total, l'avocat a rencontré sept fois les hommes de Robert Mueller, " souvent longuement", et " s'est engagé à continuer à fournir des informations vraies et pertinentes " pour l'enquête russe.

Il risque d'être condamné mercredi à plusieurs années de prison, la peine requise étant comprise entre 51 et 63 mois.

Si aucun élément public n'apporte pour l'instant la preuve d'une collusion avec la Russie, les révélations vendredi montrent l'étendue des investigations menées par le bureau du procureur spécial. Tôt vendredi, le président avait lancé sept tweets rageurs, témoins de sa frustration face à une enquête qui selon lui est infondée et a trop duré.