Jeudi, 13 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Pacte sur les migrations: l'ONU "très confiante" malgré les attaques

Pacte sur les migrations: l'ONU "très confiante" malgré les attaques

07 Décembre 2018

C'est un secrétaire d'État inconnu du grand public, Jean-Baptiste Lemoyne, qui devrait signer pour la France le " Pacte mondial des migrations " de l'ONU, lundi 10 décembre, au Maroc.

Non contraignant, le Pacte global sur les Migrations recense des principes (défense des droits de l'Homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale) et liste 23 propositions pour aider les pays à faire face aux migrations, en facilitant l'information, l'intégration des migrants, l'échange d'expertises.

Le Pacte s'inspire également d'une logique de coopération dont on voit bien qu'elle est la seule possible face à un problème durable et mondial qu'il traite en outre utilement et pour la première fois dans ses différentes dimensions économiques, sociales, humaines, etc., invitant par exemple la communauté internationale à agir pour garantir à chacun la possibilité de disposer dans son pays de moyens de santé, d'éducation ou de travail suffisants, afin de ne pas être obligé de s'expatrier pour les trouver ailleurs.

Dans les critiques reviennent souvent deux choses: le pacte " organiserait la submersion migratoire " de la France et placerait la France sous l'autorité de l'ONU, notre Etat perdant sa souveraineté. Et, juridiquement, sa portée est donc limitée.

Absolument pas. Comme il est écrit dans le Préambule, ce texte n'a rien de contraignant: "Le Pacte mondial réaffirme le droit souverain des États de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international".

Jonathann Daval maintient sa version du complot familial
Tout comme les parents d'Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, ceux-ci rejettent vivement les accusations de Jonathann Daval. Alexia aurait fait une crise, le couple s'est battu, elle serait tombée dans l'escalier explique le Procureur de la République.

Le Pacte est ensuite le résultat, non d'un sursaut d'humeur d'États du Sud en colère, mais d'une démarche approfondie qui doit être saluée comme telle, puisque lancé en septembre 2016, le processus donnera lieu à des mois de consultation associant les principaux experts et la société civile avant d'ouvrir à la négociation diplomatique le texte que les États sont appelés désormais à endosser.

Mais Mme Le Pen affirme que sur les barrages de "gilets jaunes", ils "sont conscients qu'on ne peut pas accueillir des centaines de milliers de personnes supplémentaires sans que cela ait une influence sur l'équilibre (des) budgets sociaux et (des) territoires". "Mercredi, Les Républicains ont d'ailleurs demandé au gouvernement d'organiser un débat au Parlement sur ce sujet". En Belgique, le texte est au coeur d'une crise gouvernementale.

L'Italie a décidé de geler sa signature, s'en remettant à un vote ultérieur du Parlement.

Les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, Tchéquie, Slovaquie) ainsi que l'Autriche et la Bulgarie ont d'ores et déjà annoncé qu'ils n'enverraient pas de représentants au Maroc valider le document qu'ils avaient pourtant adopté en juillet dernier.

Pacte sur les migrations: l'ONU