Mercredi, 12 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » L'ANSM muscle son information sur le risque de méningiome — Androcur

L'ANSM muscle son information sur le risque de méningiome — Androcur

07 Décembre 2018

Mais une étude de l'ANSM et de l'Assurance maladie publiée fin août, et ne portant que sur des femmes, a quantifié ce risque pour la première fois: il est multiplié par 7 pour les patientes traitées par de fortes doses cumulées plus de 6 mois et par 20 après cinq années de traitement. Face à ce danger, les patients devront désormais signer un formulaire d'accord de soins avant de débuter le traitement.

On sait depuis plusieurs années que l'Androcur augmente le risque de développer des méningiomes, une tumeur au cerveau le plus souvent bénigne. Si un méningiome est découvert, le traitement doit être immédiatement arrêté.

Aujourd'hui, ce médicament est majoritairement prescrit à des femmes pour une pilosité extrême et handicapante, mais aussi parfois en dehors de ses indications (hors-AMM) pour des signes d'androgénie petits ou moyens (une pilosité un peu plus importante), une tendance à l'alopécie (perte de cheveux, ndlr), des peaux grasses et acnéiques, l'endométriose ou pour la contraception.

Androcur : vers un formulaire d'accord de soins à signer avant le traitement
Androcur : pourquoi il faudra signer une décharge avant de prendre ce médicament

Pour améliorer l'information des médecins et des patients dans le cadre de la prévention du risque de méningiome associé à la prescription d'acétate de cyprotérone (Androcur et génériques), l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a réuni un groupe de travail rassemblant des représentants des différents acteurs concernés. A commencer par "la mise en place rapide d'un formulaire annuel d'accord de soins, indispensable pour toute délivrance en pharmacie du médicament". L'objectif étant de recueillir le consentement du patient au fil d'un échange avec son médecin ainsi que de mieux " sécuriser l'utilisation de l'acétate de cyprotérone.

Divers documents d'information seront aussi élaborés: à destination des utilisateurs actuellement traités ou envisageant un traitement par acétate de cyprotérone; à l'ensemble des personnes traitées au cours des 24 derniers mois; et à l'attention de tous les médecins ayant prescrit de l'acétate de cyprotérone sur cette même période.

La diffusion de recommandations aux professionnels de santé, début octobre, pour la prise en charge des patients. Les personnes sous Androcur® sont invitées à contacter ce numéro ou à se rapprocher de leur médecin mais "ne doivent en aucun cas arrêter leur traitement sans l'avis d'un médecin" rappelle l'ANSM.

La France veut taxer les géants du numérique dès 2019
Rappelons qu'en mars dernier, la Commission européenne avait proposé une taxe de 3% sur le chiffre d'affaires européen des Gafa afin de limiter le nombre de montages fiscaux.

L'ANSM muscle son information sur le risque de méningiome — Androcur