Mercredi, 12 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » 146 interpellations devant un lycée après des incidents — Yvelines

146 interpellations devant un lycée après des incidents — Yvelines

07 Décembre 2018

Les jeunes sont entourés par des policiers.

La FCPE, première fédération de parents d'élèves, a exigé vendredi "que le harcèlement des lycéens cesse, que leur droit à manifester soit respecté" et "que toute la lumière soit faite sur ces violences policières exercées à l'encontre de nos jeunes".

Des dizaines de jeunes ont été interpellées jeudi à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. "Il n'y a pas eu de volonté d'humiliation", assure Thierry Laurent. Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police. Il leur fallait bien trouver des moyens pour les faire tenir tranquilles. On n'entend pas de cris. "Il y avait trop de risques de blessés parmi les lycéens ", a précisé le rectorat, en soulignant la présence d'éléments extérieurs.

Au total, 153 personnes ont été arrêtées après des heurts et des dégradations survenues dans le cadre des manifestations lycéennes, selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous.

"On attend la réaction de Christophe Castaner pour prendre aussi des mesures face à cette violence inacceptable et humiliante", a lancé Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis.

"À genoux et mains sur la tête, plusieurs dizaines de lycéens regroupés sont moqués par l'auteur de la vidéo tournée avec la complaisance des forces de l'ordre". Ils se sont livrés à des actes "totalement irresponsables", agressant des habitants, jetant des projectiles sur des automobilistes et saccageant des pavillons, a énuméré le ministre.

Samsung est décidément adepte des photos pipeautées
Au milieu du site malaisien consacré à ce smartphone, on trouve en effet une photo censée montrer l'effet Bokeh de l'appareil. L'entourloupe a été repérée par Dunja Djudjic, une photographe qui contribue régulièrement à alimenter les banques d'images.

"Quand j'ai vu ces images hier soir, j'ai été, comme beaucoup de Français, d'abord choqué". "Il faut faire la lumière sur ces événements". Devant certains lycées, des feux de poubelles ont été allumés et les forces de l'ordre ont été caillassées.

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a déclaré vendredi avoir été "choqué" par les images des 146 jeunes interpellés la veille devant un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines), mais a tenu à rappeler le "contexte" de violence qui a mené à cette opération. Il a également invité à remettre les images "dans leur contexte".

Plusieurs personnalités politiques ont fait part de leur indignation suite à la diffusion de ces images. A Mantes-la-Jolie, en France sous #Macron.

" On ne traite pas des mômes ainsi", a réagi la Fondation Abbé Pierre. "Ces images nous insultent". Halte au feu, Monsieur le Président. Des images qui ont scandalisé à gauche.

"Glaçant, inadmissible". L'ancien candidat à l'élection présidentielle et fondateur du mouvement Générations, Benoît Hamon a qualifié sur Twitter les images de "glaçant (es), inadmissible (s)". Pour le leader de Génération.s, "cela n'est pas la République". "Voici la France de Macron: un Etat où le peuple subit quotidiennement la violence de la guerre de classe (.) & où sa jeunesse est réprimée, humiliée, mise à genoux", a dénoncé dans un tweet la député La France insoumise Danièle Obono. "Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour?".

146 interpellations devant un lycée après des incidents — Yvelines