Jeudi, 13 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » La France autorise l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

La France autorise l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

06 Décembre 2018

Mais la défense de François Compaoré a indiqué qu'elle allait former un pourvoi en cassation. Pour être effective, une extradition doit aussi faire l'objet d'un décret gouvernemental. Le Burkina Faso l'accuse d'être impliqué dans l'assassinat du journaliste Norbert Zongo, très critique à l'encontre du pouvoir de l'époque. Mais, comme je le dis et je le répète, c'est une grande victoire déjà d'étape. Il s'était réfugié en Côte d'Ivoire et avait obtenu la nationalité ivoirienne.

François Compaoré avait été arrêté à l'aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle, en octobre 2017, sur la base d'un mandat d'arrêt émis par les autorités de Ouagadougou. Nous avons toujours dit que tant qu'il y aura des Hommes dans ce pays, justice sera rendue un jour ou l'autre à Norbert Zongo, pour le travail qu'il a fait pour toute cette Nation.

Trois ex-soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré, ont été inculpés dans cette enquête. Dans l'immédiat, l'avocat du frère de Blaise Compaoré, Pierre-Olivier Sur, a insisté sur le fait que la chambre de l'instruction de la cour d'appel, dans son arrêt, lui donnait bon espoir de voir aboutir une autre procédure qu'il a engagée.

Comment Tuchel a géré l'auto-exclusion de Rabiot à Bordeaux — PSG
En ce moment, c'est un peu dur, son contrat et les discussions ne sont pas des choses parfaites (à gérer). Et quand il n'est plus sur le terrain, il n'est plus dans un bon état d'esprit... mais c'est normal.

Il s'agit d'une plainte déposée en octobre à Paris pour "faux et usage de faux criminel" visant le doyen des juges d'instruction de Ouagadougou.

La cour d'appel de Paris avait refusé dans un premier temps, en juin dernier, de statuer sur la demande d'extradition du Burkina Faso et demandé des éléments matériels précis de nature à impliquer directement François Compaoré. "Ce n'est qu'à l'issue de cette procédure que la question de l'extradition et de son exécution se posera, c'est-à-dire pas avant 2020 ou 2021", a-t-il anticipé. "Pour nous, déjà le fait que la Cour d'appel accepte l'extradition, est la preuve que les éléments fournis par l'Etat burkinabè dans le dossier des juges français, étaient suffisamment étoffés, pour au moins donner des gages d'une implication certaine de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo", selon Prosper Farama.

La France autorise l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso