Jeudi, 17 Janvier 2019
Dernières nouvelles
Principale » Israël : Nétanyahou, l'affaire de trop ?

Israël : Nétanyahou, l'affaire de trop ?

04 Décembre 2018

Le chef du gouvernement israélien nie toute malversation. C'est la troisième affaire distincte dans laquelle la police recommande sa mise en examen. Selon lui, "les autorités compétentes, après avoir examiné la question, parviendront à la même conclusion: qu'il n'y a avait rien parce qu'il n'y a rien".

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rejeté dans la foulée les conclusions de la police, arguant qu'elles ne sont pas " légales ".

En échange, M. Elovitch, ami proche du Premier ministre, aurait demandé à Walla d'accorder une couverture médiatique favorable aux Netanyahou, toujours selon la police.

La police israélienne a recommandé dimanche l'inculpation du Premier ministre Benjamin Netanyahou et de son épouse Sara pour corruption et d'autres infractions liées à la corruption dans une affaire impliquant la plus grande entreprise de télécommunications du pays, Bezeq. Il a été entendu plus d'une dizaine de fois en tant que suspect ou témoin dans différents dossiers.

Dialogue rompu entre Rabiot et le PSG !
Le gaucher irait d'ailleurs dans le club qui lui propose les meilleures conditions financières ET sportives. Elle estime dans ces négociations que son fils "est le top" et a des exigences "très élevées".

En outre, lors de leur réunion hebdomadaire, les ministres du Likoud (droite), le parti de Benyamin Netanyahou, ont exprimé leur soutien au chef du gouvernement.

Légalement, rien n'oblige Benyamin Netanyahou à démissionner s'il est inculpé, tant qu'il n'a pas été condamné et tous les recours épuisés.

Fragilisé par la récente démission du ministre de la Défense, le nationaliste Avigdor Lieberman, et par le retrait de son parti Beiteinou de la coalition, le gouvernement ne dispose plus que d'une majorité d'une voix au Parlement (61 députés sur 120).

Mais M. Nétanyahou jouit d'une solide popularité et, surtout, fait face à une opposition qui ne semble pas en mesure de le battre si des élections étaient organisées aujourd'hui. Il reste au procureur général à se prononcer sur cette inculpation, comme pour les deux autres précédentes affaires pour lesquelles aucune décision n'a encore été prise.

Israël : Nétanyahou, l'affaire de trop ?