Jeudi, 29 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » La lutte contre le paludisme au point mort, selon l'OMS

La lutte contre le paludisme au point mort, selon l'OMS

21 Novembre 2018

Afin de renouer avec la baisse du nombre des décès et des cas de paludisme, l'OMS et ses partenaires se joignent à une nouvelle action, dirigée par les pays, pour intensifier la prévention, le traitement et accroître les investissements pour protéger les personnes vulnérables à cette maladie mortelle.

"Personne ne devrait mourir du paludisme".

Pour la seconde année consécutive, le Rapport sur le paludisme dans le monde, produit par l'OMS, met en évidence un palier dans le nombre des personnes touchées par le paludisme.

La lutte contre le paludisme, l'une des premières causes de mortalité au monde, stagne alors que 219 millions de cas ont été enregistrés en 2017, soit 2 millions de plus qu'en 2016, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé publié lundi.

"Premièrement, certains des pays les plus durement touchés par la paludisme ont rapporté une hausse des cas (.) et deuxièmement le niveau d'investissement dans la lutte contre la paludisme reste inadéquat", poursuit-il.

Cyril Hanouna reçoit les "gilets jaunes" ce soir — TPMP
Les " gilets jaunes " ont également échangé avec Jean-Michel Maire. "Il y a des algorithmes que Facebook a clairement mis à la vue de tout le monde.

À l'échelle mondiale, le nombre de décès liés au paludisme a connu une légère baisse par rapport à 2016, avec 435 000 morts en 2017 contre 451 000 l'année précédente. Le rapport annuel de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) révèle ainsi une situation à risque pour de nombreuses personnes, en particulier dans 11 pays majoritairement situés en Afrique subsaharienne. " Nous devons changer de cap, a martelé son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre deux objectifs: réduire de 40 % l'incidence du paludisme et la mortalité associée par rapport aux niveaux de 2015". L'OMS estime que la moitié de la population à risque en Afrique dort désormais sous une moustiquaire, mais ce chiffre ne progresse que peu.

"Il n'est pas question de rester les bras croisés face au paludisme". Selon les estimations, en 2017, il y a eu 219 millions de cas de paludisme, contre 217 millions l'année précédente. À l'inverse, l'Inde a déclaré trois millions de cas en moins.

Parallèlement au ralentissement de la baisse du nombre des cas de paludisme et des décès, le financement de la riposte mondiale a également marqué le pas, avec US $3,1 milliards mis à la disposition des programmes de lutte et d'élimination en 2017, dont US $900 millions (28%) provenant des pays d'endémie. En ayant apporté une contribution de US $1,2 milliard (39%) en 2017, les États-Unis d'Amérique restent le plus grand donateur international.

Pour réaliser les objectifs fixés dans la stratégie mondiale pour 2030, les investissements dans la lutte antipaludique devraient atteindre au moins US $6,6 milliards par an d'ici 2020 - soit plus du double de la somme disponible aujourd'hui.

La lutte contre le paludisme au point mort, selon l'OMS