Dimanche, 9 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Six mesures pour accompagner les Français — Prix des carburants

Six mesures pour accompagner les Français — Prix des carburants

14 Novembre 2018

Baptisés "gilets jaunes ", ils protestent notamment contre la hausse des prix des carburants.

Invité de RTL ce mercredi matin, le Premier ministre Édouard Philippe a utilisé cette expression, issue du langage militaire, pour répondre aux questions sur les blocages qui devraient rythmer la journée de samedi.

Du coté de la la FF3C, l'annonce du Premier ministre étonne. Elle vise à aider les Français les plus modestes, soit 20 % des ménages, à remplacer un véhicule ancien par un véhicule moins polluant. Elle va être doublée pour les 20% des ménages les plus modestes, ils toucheront jusqu'à 4.000 euros pour des véhicules d'occasion. On parle ici des personnes faisant minimum 60-70 kilomètres par jour: "On va viser les grands rouleurs en élargissant les indemnités kilométriques". "Nous allons en particulier élargir ces indemnités pour les petites cylindrées les moins polluantes", affirme-t-il. Il souhaite donc que le gouvernement étudie un dispositif visant à sécuriser l'état du parc et des transactions entre particuliers (66% du marché) opérées sur le marché de l'occasion et d'initier rapidement des conditions préférentielles en termes d'accès au crédit.

A LIRE AUSSI: Hausse du carburant: que risquez-vous à participer à la manif du 17 novembre?

Pour quel montant? À partir du 1er janvier 2019, l'assiette éligible au crédit d'impôt en faveur de la transition énergétique intégrera "les frais d'installation et les coûts de dépose de la cuve qui s'élèvent souvent à plus de 1 000 euros", précise-t-on au cabinet du Premier ministre. Elle montera "à 4.000 euros, pour des véhicules d'occasion, moins consommateurs", contre 2.000 euros aujourd'hui, a annoncé Edouard Philippe. Dans cette intervention d'un quart d'heure, lors de laquelle plusieurs annonces ont été faites, une phrase du Premier ministre a interpellé les auditeurs. Il prévient néanmoins que les blocages seront sanctionnés.

Patrick Sébastien annonce à Cyril Hanouna la fin de sa carrière — TPMP
Et il lui reste encore un " Années bonheur " à enregistrer pour France 2 en février. "Ça pourrait bien me plaire", assure-t-il. Mais l'animateur de 64 ans n'a pas dit son dernier mot. " Je mets juste l'animation entre parenthèses ".

Si le propos d'Édouard Philippe pouvait laisser penser qu'il s'agissait d'un substitut au mot bordel, Bololo est en fait un quartier de la capitale du Tchad, N'Djamena, qui serait assez "délabré" pour devenir un nom commun associé au bazar, explique le mensuel de l'Armée de Terre. Edouard Philippe souhaite "développer massivement la prime à la conversion automobile". Le président Emmanuel Macron sera, lui, au 20H de TF1 ce soir.

Si le centriste François Bayrou a salué "une recherche de ce qui est juste", des associations de lutte contre la pauvreté et de défense de l'environnement, dont le WWF, la FNH et la Fondation Abbé-Pierre ont elles aussi applaudi le maintien de la taxe carbonne, mais estimé qu'il était "temps de s'attaquer aux racines du problème qui nous enferment dans le piège du pétrole".

L'opposition a elle immédiatement dénoncé la surdité du gouvernement face à la colère de la rue.

Les annonces du gouvernement ne devraient pas suffire à calmer les "gilets jaunes", mouvement soutenu par les partis de droite, d'extrême droit et d'extrême gauche. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui va jusqu'à distribuer lui-même, gilet jaune sur le dos, des tracts dans les stations-service, avait dès fin octobre appelé à "bloquer toute la France le 17 novembre".

Louis Aliot, député RN des Pyrénées-Orientales, a lui estimé sur Franceinfo que le gouvernement "n'a rien entendu". Selon l'élu de Seine-Saint-Denis, Les Français ne se mobilisent pas que pour les prix des carburants: "C'est un ras-le-bol général qui s'exprime!"

Six mesures pour accompagner les Français — Prix des carburants