Lundi, 17 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Armée européenne: Trump rappelle à Macron que l’Allemagne était aussi un danger

Armée européenne: Trump rappelle à Macron que l’Allemagne était aussi un danger

13 Novembre 2018

"Payez pour l'Otan ou rien!" "Le locataire de la Maison Blanche est ensuite parti sur une longue diatribe sur la France, conclue par ce tweet: ".MAKE FRANCE GREAT AGAIN!".

Avant de compléter: "Mais c'était l'Allemagne pendant les Première et Seconde guerres mondiales". "Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les États-Unis, la Chine et la Russie". Comment cela a fonctionné pour la France? Ils avaient commencé à apprendre l'allemand avant que les Etats-Unis n'interviennent. Le locataire de la Maison-Blanche a démarré ses attaques en critiquant une nouvelle fois l'idée de créer une armée européenne, proposée la semaine dernière par le président de la République. S'alignant sur la position de son voisin, elle a prôné la création "d'une véritable armée européenne" et d'un conseil de défense européen à présidence tournante.

Donald Trump exhorte régulièrement les pays européens membres de l'Otan à augmenter leurs dépenses militaires, estimant que les États-Unis paient une trop grande part du budget de l'alliance atlantique.

Après avoir été chaleureuse pendant de nombreux mois, la relation entre Donald Trump et Emmanuel Macron est devenue glaciale dernièrement. En tout cas, ce déluge d'huile sur le feu réduit à peu de choses les efforts de l'Elysée pour faire du premier tweet une "confusion" dans la compréhension d'une interview d'Europe 1, jeudi 8 novembre, où le président Macron expliquait que l'Europe devait se "protéger de la Chine, de la Russie, et même des Etats-Unis", en référence au retrait américain des accords sur le nucléaire iranien, dont il avait jugé que "l'Europe" était "la victime principale".et non pas pour se protéger militairement des Etats-Unis, comme l'a fait remarquer l'ambassadeur de France aux Etats-Unis.

Dans une série de tweets matinaux particulièrement énervés, le président des Etats-Unis est revenu sur la proposition de son homologue français de créer une armée européenne, déjà jugée "très insultante" lors de son atterrissage en France au début du weekend de commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Il a notamment parlé du vin français, très bon "comme celui des Etats-Unis", mais critiqué les barrière tarifaires.

Gilets jaunes : La carte des blocages du 17 novembre dans l'Oise
Dans les Alpes-Maritimes et le Var, 11 rassemblements locaux " gilets jaunes " sont en préparation pour le 17 novembre. Le mouvement du 17 novembre vise à protester contre l'augmentation des tarifs du carburant.

Si l'enjeu n'est pas anecdotique (3,2 milliards d'euros de vins et spiritueux exportés de la France vers les Etats-Unis l'an passé pour 200 millions de vins américains importés), le vin français ne représente qu'une goutte d'eau dans le déficit des échanges extérieurs américains qui s'est creusé à 566 milliards de dollars en 2017.

Dans un second tweet, il juge "injuste " les tarifs douaniers pratiqués par la France à l'égard du vin américain, alors que ceux des Etats-Unis seraient plus avantageux pour les millésimes français. Reprenant l'antienne bien connue de l'injustice commerciale dont souffriraient les Etats-Unis vis-à-vis des autres pays, il a attaqué le commerce français sur. le vin.

"Le problème est qu'Emmanuel souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et un taux de chômage à près de 10%", a-t-il écrit en enchaînant sur un "MAKE FRANCE GREAT AGAIN". Il essayait juste de détourner le sujet. "Au passage, il n'y a pas de pays plus nationaliste que la France, des gens très fiers, et qui ont raison de l'être!"

A l'Elysée, on tente de minimiser.

Armée européenne: Trump rappelle à Macron que l’Allemagne était aussi un danger