Lundi, 17 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » L'Arabie Saoudite va encore réduire ses exporations pétrolières

L'Arabie Saoudite va encore réduire ses exporations pétrolières

12 Novembre 2018

La veille, il avait annoncé que Ryad, le premier producteur au monde, allait réduire sa propre production, et diminuer en décembre ses exportations de 500.000 barils par jour par rapport à novembre.

Les Etats membres de l'Opep et les pays exportateurs associés à l'organisation sont majoritairement favorables à une réduction de l'offre mondiale de brut, a expliqué le ministre omanais du Pétrole.

"L'analyse technique que nous avons passée en revue hier révèle que nous avons besoin d'une réduction approchant un million de barils par jour pour équilibrer le marché", a dit lundi le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, lors d'une réunion des pays membres de l'Opep et non membres du cartel pétrolier, à Abou Dhabi. Le royaume saoudien a ainsi augmenté sa production de 9,9 millions de barils par jour en mai à 10,7 millions en octobre.

Les grands producteurs de pétrole ont affirmé dimanche que l'offre mondiale de brut l'année prochaine surpasserait la demande, appelant à l'adoption de "nouvelles stratégies" basées sur des ajustements de la production. La Russie s'est elle aussi engagée à s'aligner sur tout nouvel accord permettant de limiter la production. Le ministre saoudien a également noté l'augmentation des stocks et affirmé que "les 25 pays producteurs ne permettront pas que cela se poursuive". Or, dans la perspective de sanctions américaines, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, la Russie et l'Arabie Saoudite, avaient amendé leur accord de limitation de la production en juin afin de pouvoir compenser une baisse des exportations iraniennes.

Pour enrayer la chute du prix du pétrole, l'Arabie saoudite a annoncé, dimanche 11 novembre, sa volonté de réduire sa production.

La BMW M8 Coupé bientôt en production
Le département M est en train de tester un premier prototype de son nouveau produit phare sur le circuit d'Estoril, au Portugal. On peut également noter l'utilisation extensive d'aluminium et de magnésium afin d'alléger l'auto sans sacrifier sa robustesse.

Selon Fawad Razaqzada, analyste pour Forex.com, les responsables doivent discuter probablement " de la nécessité d'un retour à un respect de l'accord à 100 % ", après la décision de Washington d'accorder des exemptions à huit importateurs de pétrole iranien. "Si des décisions sont prises en fonction de la situation sur le marché, alors, bien entendu, la Russie va agir en coordination avec d'autres pays afin que le marché soit équilibré et stable" a-t-il indiqué.

La récente diminution des prix résulte notamment d'une demande en baisse de la Chine, le plus grand importateur, et de l'impact moins important que prévu des sanctions américaines contre le secteur énergétique iranien, qui menaçaient de faire baisser l'offre mondiale et de faire grimper les prix.

Pris en étau entre un bond de la production chez quelques grands pays producteurs et la crainte d'une baisse de la demande, les cours du pétrole ont chuté de près de 20 % en un mois, après avoir pourtant culminé début octobre à leur plus haut niveau depuis quatre ans. Une baisse désormais jugée "excessive à court terme" par les experts de Mirabaud Securities. "Avec la demande iranienne qui devrait continuer de décliner et la croissance de la demande qui reste solide, nous nous attendons à ce que les prix repartent à la hausse d'ici la fin de l'année" indiquent les experts d'UBS.

Les marchés ont immédiatement réagi à cette annonce: lundi, le baril new-yorkais et le baril de Brent, la référence européenne, ont augmenté de plus d'un dollar.

L'Arabie Saoudite va encore réduire ses exporations pétrolières