Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Un cafouillage en quatre questions — Hommage à Pétain

Un cafouillage en quatre questions — Hommage à Pétain

10 Novembre 2018

"Vous créez des polémiques tous seuls, mes enfants", a-t-il lancé aux journalistes, les accusant d'être dans un " bocal ". A tel point que l'Elysée avait expliqué à Mediapart dès le 17 octobre qu'ils ignoraient comment une telle cérémonie s'était "retrouvée" dans le programme du chef de l'Etat, au moment où le dossier de presse prévoyait officiellement sa présence - ce qui n'est plus le cas. Alors que l'Elysée semblait avoir réglé le sort de cet hommage polémique, le président en personne prononce une phrase qui sème la tempête.

Le secrétaire d'Etat revient sur la justification du Président: "Le Président de la République a dit qu'il trouvait légitime de rendre hommage à des maréchaux et a rappelé une vérité historique sur le maréchal Pétain".

A l'extrême droite, au contraire, le Rassemblement national saluait Emmanuel Macron.

Les premiers exigeaient qu'il repose à l'ossuaire de Douaumont (est), au milieu des milliers de soldats tombés à Verdun, l'une des batailles emblématiques de la Grande Guerre.

Les propos du président provoquent une avalanche de réactions. "Emmanuel Macron serait avisé de s'inspirer de Jacques Chirac: le Maréchal Pétain a couvert de sa gloire le déshonneur de la collaboration et de la participation de l'Etat à la déportation des Juifs".

Le président de la République souhaite rendre hommage à Philippe Pétain dans le cadre des commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale et a justifié cette démarche en indiquant que ce dernier "avait été un grand soldat ".

Alors que les condamnations pleuvent, l'Elysée se montre sur la défensive. André Loez, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale et membre du comité scientifique de la mission du Centenaire de la Grande Guerre, revient pour Europe 1 sur les origines de cette cérémonie.

Condamné à mort en 1945 à l'âge de 89 ans, la peine du militaire avait été commuée en prison à perpétuité qu'il avait purgée jusqu'à son décès, six ans plus tard.

Au Luxembourg, un rat chasse... un chat — Insolite
Sur de son coup, le chat se lance. avant de comprendre son erreur! Une vidéo qui a son petit succès sur la plateforme vidéo. Une scène insolite a été filmée par un vidéaste amateur dans la bourgade d'Esch-sur-Alzette, au Grand-Duché du Luxembourg .

La controverse continue de faire rage.

"Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a lui dénoncé une " mauvaise polémique ", écrivant sur Facebook: " Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi.

Il y repose toujours, sous une dalle de granit blanc, sobrement marquée "Philippe Pétain, maréchal de France".

L'exécutif a ensuite souligné que le chef d'état-major irait samedi "fleurir la tombe des cinq maréchaux qui sont aux Invalides où il n'y a pas Pétain".

Malgré ces correctifs, le mal est fait.

" C'est une vieille image dominante, celle de conscrits un peu inconscients qu'on a amenés à la 'boucherie' (.) On a l'impression qu'ils combattaient sans but mais chacun avait le sentiment de faire son devoir, et ce devoir c'était de défendre la France", regrette Michel Goya.

La soirée de mercredi s'achève avec une flèche décochée par François Hollande envers son successeur. Même dans les années 20, les anciens combattants considéraient que la guerre n'appartenait pas à l'armée et à ces militaires hauts gradés.

Un cafouillage en quatre questions — Hommage à Pétain