Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » " "Des médias américains retirent un spot " raciste " de la campagne Trump — USA

" "Des médias américains retirent un spot " raciste " de la campagne Trump — USA

09 Novembre 2018

Ce clip, réalisé par son comité de réélection, dresse un parallèle entre un criminel mexicain et les convois de migrants en route vers la frontière américaine. Une décision qui est intervenue lundi 5 novembre, à la veille des élections législatives américaines. Pourtant, Fox News a retiré de l'antenne un message vidéo pour la campagne des "midterms " qui doivent se tenir mardi". "Nous nous sommes rendu compte de la nature indélicate de cette publicité", a déclaré ce lundi à CNN un porte-parole de la chaîne.

La chaîne CNN, à qui la publicité a été soumise, a refusé de la diffuser, la qualifiant de "raciste".

Le spot commence par des images de la "caravane" de migrants en route vers les Etats-Unis avant qu'apparaisse le visage souriant de Luis Bracamontes, un ressortissant mexicain condamné à mort en avril pour le meurtre de deux policiers en 2014. Outre la gravité des faits, l'affaire avait attiré l'attention des médias car Bracamontes avait accueilli le verdict de culpabilité en riant, promettant de s'échapper de prison et de " tuer plus de flics bientôt ".

La journaliste Elise Lucet dévoile son salaire astronomique
En janvier dernier, des employés de France Télévisions nous avouaient le côté tyrannique d'Élise Lucet . A la tête de Cash investigation et d'Envoyé Spécial , Élise Lucet est la femme forte de France 2 .

Dans cette publicité électorale, les images du tueur sont accompagnées de messages tels que "les démocrates l'ont laissé entrer dans notre pays" et "les démocrates l'ont laissé y rester", même si ces deux affirmations sont inexactes. Luis Bracamontes a commis dix infractions entre 2003 et 2009, or neuf d'entre elles l'ont été durant les mandats de George W. Bush, mais elles n'ont pas conduit à son expulsion. "Il montre aussi des migrants enfonçant des portes grillagées".

Selon plusieurs médias, Facebook et la chaîne NBC en ont fait autant.

Interrogé par des journalistes sur le caractère potentiellement choquant de ce message vidéo, le président, qui a fait du danger de l'immigration son principal thème de campagne, a répondu: "Beaucoup de choses sont choquantes". Vos questions sont souvent choquantes, alors vous savez. "Il est certain qu'elles sont efficaces", a également dit Donald Trump au sujet de ces vidéos qui insistent sur le risque d'une immigration clandestine de masse et sur la prétendue dangerosité de certains des candidats à l'entrée aux États-Unis. Et, s'il avait bien été relâché une première fois en 1998 pour des " raisons inconnues " alors qu'il était soupçonné de trafic de stupéfiants, ce n'était pas par un démocrate, mais par le shérif d'un comté de l'Arizona, Joe Arpaio. aujourd'hui l'un des plus fidèles soutiens de Donald Trump, qui a récemment échoué dans une primaire républicaine alors qu'il souhaitait entrer en Congrès. "J'imagine qu'ils ne passent que de fausses informations ("fake news") et ne parleront pas des vraies menaces qui ne servent pas leurs objectifs", avait-il lancé.