Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » États-Unis. Poussée démocrate, mais pas de vague anti-Trump

États-Unis. Poussée démocrate, mais pas de vague anti-Trump

08 Novembre 2018

Le point sur les élections législatives. "Merci à tous". Sur Twitter, en cette nuit du 6 au 7 novembre, Donald Trump se congratulait des résultats des élections de mi-mandat. Les républicains, eux, ont conservé leur majorité au Sénat, qu'ils pourraient même accroître d'un ou deux sièges. La victoire revient à Ron DeSantis, qui est un allié proche du président américain Donald Trump. " (...) Au contraire, pense le journal, Donald Trump va s'ériger comme le dernier homme à s'interposer entre un Congrès aux mains des démocrates et leur volonté d'une main mise totale du pouvoir". Les démocrates Ilhan Omar (Minnesota) et Rashida Tlaib (Michigan) sont les premières femmes musulmanes à être élues au Congrès, et Sharice Davids (Kansas) la première Amérindienne. De parents palestiniens, l'avocate de 42 ans a commencé sa carrière politique en 2004 au côté du démocrate Steve Tobocman.

La cheffe de file des Démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, dont le parti a repris le contrôle de la Chambre des représentants s'engage à imposer de nouveaux "freins et contrepoids" à l'Administration de Donald Trump. Ils vont ainsi renouveller 33 sénateurs et élire les 435 membres de la Chambre des représentants. Tandis qu'au Sénat, où seul un tiers des médias étaient remis en jeu, les républicains, qui avaient une courte majorité de 52 élus contre 48, la verront sans doute réduite d'une unité. Le site indépendant Cook Political Report prévoit qu'ils s'emparent d'au moins 30 sièges. Actuellement, leur nombre est de 84. "Les démocrates viendront nous voir avec un plan sur les infrastructures, sur la santé, sur ce qu'ils veulent". Les démocrates étaient en effet contraints de défendre dix sièges dans des Etats pro-Trump.

Les militants démocrates réunis dans la salle de bal d'un grand hôtel de Berkeley Heights, une petite ville du New Jersey dans la banlieue de New York, espéraient pouvoir célébrer un triomphe de leur parti rapidement mardi. Mais ils ont perdu tôt dans la soirée l'Etat clé de l'Indiana, puis le Missouri et le Dakota du Nord, terres conservatrices. Permettant aux républicains de grappiller plusieurs sièges au Sénat, à la faveur d'une carte électorale qui leur était, cette année, extrêmement favorable. Par ailleurs, s'il a gagné du terrain à l'élection des gouverneurs, le parti démocrate laisse le parti présidentiel en tête de ce domaine sur ce scrutin. "Parce qu'il se rendait bien compte que les gens tiennent à l'Obamacare, et que même dans le camp républicain, des élus ne souhaitent pas l'abolir, comme il l'avait proposé durant la campagne électorale en 2016", explique Tanguy Struye. Malgré des accusations de racisme, M. DeSantis l'a finalement emporté au terme d'un duel très serré. Il en va de même en Floride pour le démocrate afro-américain Andrew Gillum. "Les deux prochaines années vont donner aux démocrates l'occasion de montrer qu'il existe un meilleur modèle de législation, que le Congrès est capable de faire plus pour les Américains que de réduire les impôts des riches et de menacer la santé des autres ". Celles-ci ont largement voté démocrate mardi soir.

Altercation entre Donald Trump et un journaliste — USA
Après la conférence, Donald Trump a dit espérer que "le ton puisse s'améliorer". " Je rends les coups et je ne me bats pas pour moi, mais pour le peuple de ce pays".

Et pendant ce temps, Trump fait du...

Voilà une situation, qui obligera Donald Trump à cohabiter avec les Démocrates au Congrès. C'est un score remarquable pour un démocrate au Texas, d'autant plus que Beto O'Rourke était relativement méconnu il y a peu encore et qu'il portait un programme très à gauche. Mais la perte de la Chambre des représentants, en dépit des excellents chiffres de l'économie américaine, reste un revers pour le magnat de l'immobilier tant il avait fait de ce rendez-vous un véritable référendum sur sa personne.

Mais à l'annonce des résultats, le milliardaire de New York n'a pas, loin s'en faut, opté pour l'humilité.

États-Unis. Poussée démocrate, mais pas de vague anti-Trump