Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » "S'il est interdit d'avoir des amis...", ironise Infantino — Football Leaks

"S'il est interdit d'avoir des amis...", ironise Infantino — Football Leaks

08 Novembre 2018

Président de la FIFA, Gianni Infantino a été épinglé par les documents dévoilés vendredi par Football Leaks. "Voilà pourquoi nous comprenons qu'il puisse y avoir des contre-réactions", argumente Infantino qui insiste: "Le fait que vous ayez un fils d'immigrés italiens président de la FIFA ne plaît peut-être pas à tout le monde". Les présidents des unions zonales de la Confédération africaine de football, réunis au Caire, ont signé un communiqué conjoint afin d'apporter tout leur soutien à Gianni Infantino, le président de la FIFA mis en cause par les Football Leaks. Infantino a ainsi rappelé que "les règlements du fair-play financier prévoient la possibilité de négociations et d'accords", et qu'il n'y avait donc rien de choquant en soi que le PSG et Manchester City aient négocié leurs sanctions avec l'UEFA. "Et qui est chargé de négocier et de discuter?" S'il n'y a rien d'illégal, n'y a-t-il pas violation des règles d'éthique? "Non seulement il n'y a rien d'illégal mais il n'y a rien de contraire (.) J'ai rencontré le PSG et City, comme d'autres, pour trouver un accord, mais la décision finale a toujours été entre les mains du panel juridique, pas les miennes". "Certainement pas", assure Infantino. "Je suis autorisé à inviter un ami à un match, je ne vois absolument pas cela comme une violation (du code d'éthique) ", ajoute Infantino.

79 élèves enlevés dans le nord-ouest du pays — Cameroun
Le président Biya, 85 ans, au pouvoir depuis 1982, a récemment été réélu pour un septième mandat avec 71,28% des votes. Des affrontements se produisent ainsi quasiment tous les jours dans la forêt équatoriale depuis plusieurs mois.

Mardi, le Ministère public valaisan a annoncé la prochaine nomination d'un procureur extraordinaire pour se pencher sur la situation de Rinaldo Arnold. "Il y a des questions bien plus sérieuses qui peuvent être, sont et seront étudiées par la justice et on arrivera à une juste conclusion ", conclut le président de la Fifa.