Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Le roi du Maroc propose à l'Algérie un dialogue "direct et franc"

Le roi du Maroc propose à l'Algérie un dialogue "direct et franc"

08 Novembre 2018

Le souverain chérifien "tend la main" à l'Algérie pour une normalisation des relations entre les deux pays en se disant disposé à discuter "sans tabou" de toutes les questions bilatérales en suspens et de "mettre tous les griefs sur la table".

Vingt-quatre heures après l'appel du roi Mohammed VI au pouvoir algérien à l'ouverture d'un dialogue politique et franc, l'ONU a réagi.

Dans son discours à la Nation, le roi avait souligné: "C'est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd'hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l'Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations".

"Depuis mon accession au trône, j'ai appelé avec sincérité et bonne foi à l'ouverture des frontières, à la normalisation des relations maroco-algériennes", a insisté Mohammed VI, qui a succédé à son père Hassan II en 1999. Détaillant sa proposition, le souverain alaouite évoque un nouveau "mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation" en précisant que "le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature (étaient) à convenir d'un commun accord". Se voulant plus explicite, le roi indique qu' "en vertu de son mandat, ce mécanisme devra s'engager à examiner toutes les questions bilatérales ".

"S'il est interdit d'avoir des amis...", ironise Infantino — Football Leaks
Les présidents des unions zonales de la Confédération africaine de football , réunis au Caire, ont signé un communiqué conjoint afin d'apporter tout leur soutien à Gianni Infantino, le président de la FIFA mis en cause par les Football Leaks.

"On espère que l'Algérie répondra positivement pour déjouer le pronostics qui nous décrivent comme une région condamnée à la division", a insisté le haut responsable gouvernemental, en soulignant que "d'autres pays ont pu surmonter les difficultés en tablant sur le dialogue et en pariant sur un avenir commun".

Même attitude optimiste exprimée, mercredi, par l'ex-ministre de la Communication Maheiddine Amimour qui a, lui aussi, plaidé pour la relance du dialogue entre l'Algérie et le Maroc qui est, pour lui, "inéluctable".

L'Algérie a, suite au différend sur le Sarhara occidental, fermé ses frontières terrestres avec le Maroc depuis 2014. Ainsi, l'ex-ministre chargé de l'Emigration Halim Benatallah considère que la déclaration de Mohammed VI comme "un tournant positif", du fait que ce dernier ne considère plus l'Algérie comme "pays ennemi" mais comme un "partenaire qui a les clés de la région du Maghreb".

Le roi du Maroc propose à l'Algérie un dialogue