Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » C'est la fin du télescope Kepler

C'est la fin du télescope Kepler

02 Novembre 2018

Il avait pour objet de recherche deux constellations de notre Voie lactée, la constellation du Cygne et celle de la Lyre. Mais elle est si proche de son étoile qu'une de ses faces est probablement en fusion, un monde de lave.

On l'annonçait depuis plusieurs semaines, mais Kepler semblait faire de la résistance malgré son manque de carburant. En 2014, enfin, la première vraie cousine de la Terre est repérée: numéro 186f, à 580 années-lumières.

Des centaines de découvertes suivront et révolutionneront notre connaissance de la galaxie. Elles confirment que la Terre n'est, finalement, pas une exception galactique. Grâce à Kepler, nous savons aussi qu'il y a plus de planètes que d'étoiles dans la Voie lactée. La plupart ont une taille entre celle de la Terre et celle de Neptune.

L'agence spatiale américaine souligne que l'analyse la plus récente des découvertes de Kepler conclut que " 20 à 50 % des étoiles visibles dans le ciel nocturne sont susceptibles d'avoir de petites planètes, peut-être rocheuses, de taille similaire à celle de la Terre et situées dans la zone habitable de leur étoile mère.

Le procureur saoudien rencontre le renseignement turc pour l'enquête sur Khashoggi
Après la sortie de ce communiqué, le procureur d'Istanbul a reçu une invitation pour se rendre en Arabie saoudite avec les éléments de l'enquête dont il dispose.

Kepler a recours à des propulseurs à carburant afin de corriger la dérive et effectuer des manœuvres pour notamment orienter son champ de vision, ainsi que ses émetteurs vers la Terre. En 2013, des problèmes mécaniques précipitent la fin de la mission originale du télescope, qui au départ ne devait durer que trois ans et demi. Mais les ingénieurs de la Nasa avaient trouvé un ingénieux système pour continuer à le stabiliser afin qu'il continue à fonctionner. Ses panneaux solaires ne servent que pour l'énergie de l'électronique embarquée.

Le télescope, désormais éteint, va rester sur son orbite, a dit la Nasa.

Pour ce qui est de la chasse aux exoplanètes, le flambeau est repris par le satellite de la Nasa TESS, lancé en avril dernier. Dans une quarantaine d'années, son orbite le rapprochera de la Terre, mais sans jamais risquer de s'y écraser.

Les astronomes passeront encore sans doute des années à analyser les clichés pris par Kepler. Cité par nos confrères d' Ars Technica, Bill Borucki - principal responsable de la mission Kepler désormais à la retraite - a expliqué à cette occasion, lors d'une conférence téléphonique, que sa découverte préférée de Kepler n'est autre que Kepler-22b.

C'est la fin du télescope Kepler