Samedi, 17 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Syrie. Russie, Turquie, France et Allemagne appellent à préserver la trêve d’Idleb

Syrie. Russie, Turquie, France et Allemagne appellent à préserver la trêve d’Idleb

29 Octobre 2018

Deux questions majeures vont occuper les quatre dirigeants: "Étudier quelles formules nouvelles peuvent être trouvées afin d'apporter une solution politique", a déclaré la présidence turque qui organise le sommet mais aussi trouver une issue à ce qui se passe dans la province rebelle d'Idlib, au nord-ouest du pays.

"Réunis lors d'un sommet inédit à Istanbul sur la Syrie, samedi 27 octobre, Vladimir Poutine, Angela Merkel, Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron ont " insisté " à la sortie de leur réunion " sur l'importance d'un cessez-le-feu durable [dans la province rebelle d'Idleb] tout en soulignant la nécessité de poursuivre la lutte contre le terrorisme ".

L'objectif immédiat était de préserver une trêve fragile dans la région d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, où la situation reste explosive malgré l'entrée en vigueur, mi-septembre, d'un accord russo-turc ayant imposé un relatif silence aux armes. Un défi face au blocage du régime sur cette question, d'autant que le président turc a affirmé qu'en cas d'élections, il appartiendrait aux Syriens "de l'intérieur et de l'extérieur " de décider du sort d'Assad.

Dans des déclarations à l'issue du sommet, M. Macron a appelé la Russie à "exercer un pression très claire sur le régime syrien" pour garantir un "cessez-le-feu stable et durable à Idleb". La déclaration finale, lue par le président turc Recep Tayyip Erdogan, appelle en outre à créer "les conditions" pour le retour des réfugiés.

Des salariés d'Ascoval bloquent le site de Vallourec d'Aulnoye-Aymeries
Basé dans la Somme, Altifort a présenté une " offre ferme " de reprise, s'engageant à maintenir l'ensemble des emplois et à en créer des nouveaux.

Le conflit en Syrie a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés depuis 2011.

"Nous avons été très clairs sur le fait qu'une offensive militaire du régime avec le soutien de ses parrains aurait des conséquences sécuritaires et humanitaires inacceptables", a souligné Emmanuel Macron. Celui qui tentait de les mener au nom des Nations unies, le diplomate Staffan de Mistura, vient d'annoncer sa démission. Ce serait l'occasion de planifier une première réunion d'un comité constitutionnel composé à un tiers de représentants du régime syrien, un tiers de représentants de l'opposition syrienne et un tiers d'indépendants.

La Turquie et la Russie forment avec l'Iran un trio incontournable sur le terrain, où ces trois pays aux intérêts propres ont investi d'importantes ressources militaires.

Le sommet d?Istanbul a souligné "l'importance d'une coordination accrue entre les différentes initiatives internationale visant à parvenir à une solution crédible et viable du conflit syrien". Qui plus est, le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a mis en garde, hier, à Bahreïn, les pays arabes du Golfe en affirmant que la Russie ne pourrait "pas remplacer les Etats-Unis" au Proche-Orient.

Syrie. Russie, Turquie, France et Allemagne appellent à préserver la trêve d’Idleb