Mercredi, 12 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » " "Le prince " MBS " s'exprime pour la première fois — Affaire Khashoggi

" "Le prince " MBS " s'exprime pour la première fois — Affaire Khashoggi

25 Octobre 2018

En marge du forum international sur l'investissement organisé à Riyad, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed Ben Salmane - dit " MBS " - est revenu pour la première fois, ce mercredi, sur le meurtre du journaliste Jamal Kashoggi au sein du consulat saoudien à Istanbul, dont il a été désigné comme l'un des possibles commanditaires.

"L'incident est très douloureux pour tous les Saoudiens".

Mais les explications saoudiennes n'ont guère convaincu et les Occidentaux, sceptiques, ont réclamé une enquête "crédible et transparente".

Riyad a annoncé des arrestations et des limogeages et affirmé que toutes les personnes impliquées rendraient des comptes.

Le président américain, dont le gendre Jared Kushner est réputé très proche de MBS, a donné à plusieurs reprises depuis le début de cette affaire le sentiment de minimiser la responsabilité de l'Arabie saoudite, dont il a dit ne pas vouloir compromettre les investissements aux Etats-Unis et les achats d'armes américaines.

"À ce stade, tous les éléments et preuves qui ont été découverts indiquent que Jamal Khashoggi a été victime d'un meurtre sauvage", a tranché le président turc, confirmant les informations qui ont filtré dans la presse turque et internationale. Mais si les médias, ainsi que des responsables turcs anonymes, ont mis en cause Mohammed ben Salmane, M. Erdogan s'est jusqu'à présent gardé de l'accuser directement.

"Si nous réussissons dans les cinq années à venir, d'autres pays (de la région) nous suivront", a-t-il dit. "Peu avant le meurtre, une équipe saoudienne composée de 3 personnes était arrivée à Istanbul et a fait des reconnaissances dans la forêt de Belgrad et à Yalova", a-t-il expliqué dans un discours au siège du Parlement turc à Ankara, transmis en direct à la télévision.

FC Nantes : Halilhodzic a un joueur presqu'aussi fort que Messi
Emiliano Sala a joué un rôle essentiel pour son club en réalisant 4 gestes décisifs: 3 buts et 1 passe décisive. La finition était au rendez-vous, même s'il pouvait encore marquer deux buts très facilement.

C'est au deuxième jour du Future Investment Initiative (FII), boycotté par des dirigeants politiques et des chefs d'entreprise après l'affaire Khashoggi, que le prince héritier s'est exprimé.

Malgré annonces, concerts et buffets, ce forum qui s'achève jeudi, destiné à projeter à l'international le royaume pétrolier désertique comme une destination d'affaires lucrative, a été totalement éclipsé d'un point de vue économique par les retombées politiques du meurtre du journaliste.

Les organisateurs saoudiens se sont efforcés néanmoins de montrer que les affaires suivent leur cours normal, annonçant 12 "méga-projets" d'une valeur de plus de 50 milliards de dollars, dans les secteurs du pétrole, du gaz et des infrastructures.

Les États-Unis ont annoncé une première mesure de rétorsion: la révocation des visas de 21 suspects saoudiens.

"Interrogé sur la réaction du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a appelé à punir les " commanditaires " de ce " meurtre sauvage ", M. Trump a jugé qu'il avait eu un ton " dur " envers l'Arabie saoudite. La Grande-Bretagne leur a emboîté le pas en annulant tout éventuel visa détenu par les suspects. En effet, si depuis quelques semaines tout le monde semble s'être focalisé sur la résolution de cette sombre histoire, le président américain Donald Trump a estimé qu'il était temps pour lui de commencer à taper du poing sur la table. "Donc si qui que ce soit avait pu être impliqué, ce serait lui".

En Turquie, l'agence de presse étatique turque Anadolu a affirmé que les autorités saoudiennes n'avaient pas autorisé les enquêteurs turcs à fouiller un puits situé dans le jardin du consulat, alors que le corps de Khashoggi, tué à l'âge de 59 ans, n'a toujours pas été retrouvé. Nous avons démêlé, démonté tout cela pièce par pièce.