Mercredi, 21 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » "Je suis content qu'on ait ce médicament" pour lutter contre l'alcoolisme — Baclofène

"Je suis content qu'on ait ce médicament" pour lutter contre l'alcoolisme — Baclofène

25 Octobre 2018

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a finalement annoncé l'autorisation de mise sur le marché du baclofène dans le traitement de l'alcoolisme.

"Ça n'est pas un blanc-seing", a toutefois prévenu le directeur général de l'ANSM, Dominique Martin, selon qui "ce médicament n'est pas anodin et doit être manié avec beaucoup de précautions". "Au regard des données disponibles, dont l'expérience clinique rapportée par les différents acteurs concernés, et compte tenu du problème de santé publique majeur que représente l'alcoolisme", explique l'agence, le Baclocur (dénomination commerciale, laboratoire Ethypharm) sera autorisé "en complément d'un suivi psychosocial, après échec des autres traitements". Depuis 2014, ce décontractant musculaire était autorisé pour cet usage grâce à une recommandation temporaire d'utilisation (RTU): "Dans ce cadre, il n'y avait pas de limite de doses".

La décision annoncée mardi intervient après une longue controverse: l'efficacité du baclofène est jugée sans équivalent par ses partisans mais l'ANSM insiste sur ses risques.

A l'origine de ces procédures, l'association Baclohelp a contesté mardi le seuil de 80 mg/jour fixé dans le cadre de l'autorisation de mise sur le marché. En moyenne, les patients ont besoin de 140 mg!

En France, plus de 40 000 patients prennent du baclofène.

Guillermo Del Toro va collaborer avec Netflix pour redonner vie à Pinocchio
C'est un vieux projet pour le réalisateur Guillermo del Toro: porter à l'écran l'histoire de Pinocchio , en stop motion . Et cette fois-ci c'est sur le célèbre conte de Pinocchio que Guillermo del Toro jette son dévolu.

"Nous allons exercer une surveillance extrêmement attentive de ce produit dès qu'il sera commercialisé".

"Si le bénéfice n'est pas celui qu'on attendait et s'il apparaît qu'il faut remettre l'AMM en cause, nous pourrions le faire à n'importe quel moment", a-t-il prévenu.

L'ANSM s'est appuyée, pour prendre cette décision, sur son évaluation interne, mais aussi sur les avis d'un groupe d'experts indépendants (CSST) et d'une commission consultative qui a pu auditionner des professionnels de santé et des patients utilisant ce médicament. Ne pas accorder l'autorisation "ne nous aurait pas paru raisonnable au regard des besoins, de la gravité de la maladie alcoolique".

Michel Reynaud: C'est un médicament assez efficace.