Mercredi, 19 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Michaëlle Jean a perdu l'appui du Canada et du Québec

Michaëlle Jean a perdu l'appui du Canada et du Québec

10 Octobre 2018

Le Canada et le Québec ont annoncé mardi qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) lors du prochain sommet de l'organisation. Nombre d'enjeux géopolitiques et stratégiques entrent aussi en ligne de compte. "La secrétaire générale sortante défend déjà son bilan et assure avoir " positionné la Francophonie sur l'échiquier multilatéral ", tout en mettant en avant son " africanité ".

Le sommet de la Francophonie se tient les 11 et 12 octobre à Erevan, la capitale de l'Arménie. "Nous nous joindrons au consensus africain qui est plein de potentiel", a annoncé M. Legault dans un tweet.

Un séjour de 50 000 $ de Mme Jean au luxueux hôtel Waldorf Astoria à New York a aussi fait beaucoup sourciller ses détracteurs. Quatre ex-ministres français responsables de la Francophonie ont d'ailleurs signé une lettre ouverte intitulée "Louise Mushikiwabo n'a pas sa place à la tête de la Francophonie" en septembre dans le quotidien Le Monde pour afficher leur désapprobation.

Les pays africains, qui formeront une bonne partie de la quarantaine des dirigeants présents à Erevan, sont de plus majoritaires au sein de l'OIF (27 sur 54 membres ayant droit de vote) et l'Union africaine - dirigée par le Rwanda cette année - a apporté son soutien à Mme Mushikiwabo. "La France est déterminée à maintenir et à consolider son statut de première grande puissance en Afrique", a-t-il argué.

Selon la presse québécoise, Paris aurait proposé à Ottawa de retirer la candidature de Mme Jean, en échange d'appuis aux Nations unies, où le Canada fait campagne pour un siège non permanent au Conseil de Sécurité. Ce déficit d'influence résulte du désengagement progressif qui s'est amorcé sous le précédent gouvernement canadien de Stephen Harper, et qui s'est poursuivi sous celui de Justin Trudeau, croit-il.

Les reportages sur les dépenses de la Canadienne, n'ont probablement pas plombé ses chances de réélection, estime Martin Normand de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l'Université d'Ottawa. "Je ne sais pas dans quelle mesure la controverse (sur les dépenses) a eu une résonance à l'extérieur du Canada". C'est par voie de communiqué d'un attaché de presse de la ministre canadienne de la Francophonie Mélanie Joly que l'on a appris que le Canada retirait son soutien à la candidature de Michaëlle Jean.

Salvini menace de fermer les aéroports — "Charters" de migrants
Ils concernent les migrants ayant déjà déposé une demande dans un autre pays de l'UE ou étant entrés en Europe par un de ces pays.

La candidature du Rwanda fait malgré tout grincer des dents: d'abord, parce que le pays africain a tourné le dos à la langue de Molière en remplaçant le français par l'anglais dans son cursus d'enseignement en 2010, et son bilan en matière de droits humains est bien peu reluisant.

L'équipe de la secrétaire générale sortante a pris bien soin de souligner ces deux aspects. Ces reproches, Jocelyn Coulon les relativise: "À ce compte, rappelons quelques vérités".

François Legault, dirigeant du parti nationaliste Coalition Avenir Québec (CAQ), a été élu la semaine dernière à la tête de la province canadienne qui est avec le Canada le deuxième contributeur de l'OIF, derrière Paris.

Son gazouillis a été partagé rapidement par la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo.

A lire aussi: Sommet de la Francophonie à Erevan: Louise Mushikiwabo, en marche vers l'OIF?

La Belgique et la Fédération Wallonie-Bruxelles, toutes deux membres de l'OIF, y seront représentées.

Michaëlle Jean a perdu l'appui du Canada et du Québec