Samedi, 20 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Giec: "il faut que tout le monde agisse maintenant!" (Macron)

Giec: "il faut que tout le monde agisse maintenant!" (Macron)

09 Octobre 2018

Il faut à tout prix limiter la hausse de la température moyenne à la surface de la Terre à 1,5 °C, insiste le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) dans son dernier rapport, dont il publie un "résumé à l'intention des décideurs politiques" le 8 octobre. "Et oui, les lois de la physique et de la chimie le permettent, ainsi que les technologies, le changement des modes de vie et les investissements".

L'Alliance des petits États insulaires, à la pointe du combat pour inscrire l'objectif 1,5 dans l'Accord de Paris, a appelé lundi " les nations civilisées à prendre leurs responsabilités en relevant leurs efforts pour réduire les émissions ".

James Skea a encore rappelé que les engagements des Etats depuis trois ans ne sont pas suffisants.

"Y arriverons-nous à temps? Seulement alors aurons-nous une chance de nous protéger des impacts que la science nous annonce".

Le premier producteur de pétrole ne souhaitait pas voir rappelé les insuffisances des engagements sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour maintenir la hausse des températures à 1,5°C.

Le Bayern humilié à domicile par Mönchengladbach — Bundesliga
Il faut dire que personne ne s'attendait à ce que l'équipe de Niko Kovac pointe à la 6e place du classement après 7 journées. Et en cas de changement, Bild croit savoir que la priorité des dirigeants munichois aurait un nom: Zinedine Zidane .

"Ce qui compte maintenant est que nous décidions d'essayer et que nous en fassions notre priorité", a indiqué Kaisa Kosonen, responsable climat pour Greenpeace. En la matière, ils estiment que si des transformations "rapides" et "sans précédent" sont engagées, le réchauffement climatique pourra être limité à 1,5 degré Celsius entre 2030 et 2052. À 2°C, ce sera un été par décennie. Ce qui est une petite différence sur le papier représente en réalité un risque pour 10 millions de personnes supplémentaires.

Pour rester à 1,5°C, il faut faire décliner les émissions de CO2 bien avant 2030 et fortement (-45% d'ici 2030 par rapport à leur niveau de 2010), pour ensuite arriver, vers 2050, à une "neutralité carbone": c'est-à-dire cesser de mettre dans l'atmosphère plus de CO2 que l'on ne peut en retirer. Ce rapport "démontre clairement l'importance de renforcer la réponse mondiale afin de limiter le réchauffement global à 1,5°C et la nécessité que toutes les parties prenantes soient mobilisées", poursuit Business Europe, à laquelle appartiennent une quarantaine de fédération patronales, dont la Fédération des entreprises de Belgique (FEB).

A long terme, au-delà de 1,5°C, la calotte antarctique ainsi que celle du Groenland pourraient devenir instables. "Pour rester à 1,5°C d'augmentation, il faudra une " transition rapide " et d'une ampleur " sans précédent ".

Les énergies renouvelables devraient passer de 20 à 70% de la production électrique au milieu du siècle, la part du charbon serait réduite à poussière, la demande d'énergie devra baisser, l'efficacité énergétique croître. S'ajoutant à cette diminution, le monde devra attendre la " neutralité carbone " en 2050. Un coût toutefois plus faible que l'inaction, rappellent les scientifiques.

Giec: