Samedi, 20 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Bulgarie: Vague d'indignation après le meurtre d'une journaliste

Bulgarie: Vague d'indignation après le meurtre d'une journaliste

09 Octobre 2018

Son corps a été découvert le 6 octobre dernier dans un parc de ce port danubien, situé à la frontière avec la Roumanie. Le représentant pour la liberté des médias à l'OSCE, Harlem Désir, s'est dit "choqué" en lançant un appel à mener une "enquête complète et rigoureuse". "Très préoccupée par le meurtre de Victoria Marinova de Bulgarie".

Ils ont rappelé que Viktoria Marinova était la troisième journaliste tuée en un an en Europe après le reporter Jan Kuciak en Slovaquie en février et la journaliste maltaise Daphné Caruana Galizia en octobre 2017. " Son téléphone portable, ses clés de voiture, ses lunettes et une partie de ses vêtements ont disparu ", a ajouté le procureur, précisant que les enquêteurs examinaient toutes les pistes liées tant à sa vie personnelle que professionnelle. Une demande également relayée par le site d'investigation bulgare Bivol.bg animé notamment par Dimitar Stoyanov, le journaliste récemment interviewé par l'animatrice. Des sources policières ont déclaré à l'AFP que le crime ne semblait pas être directement lié à la profession de la victime.

Reporters Sans Frontières exhorte de son côté les autorités bulgares à "faire toute la lumière sur cet acte odieux et de placer ses collègues sous protection". Il a ajouté que ses collègues et lui craignaient désormais pour leur sécurité.

Le Premier ministre de centre droit Boïko Borissov a assuré qu'en raison des preuves rassemblées, l'élucidation du crime ne serait "qu'une question de temps".

Le gouvernement s'efforce de dépolitiser l'incident Collomb — Remaniement
Lundi, le ministre de l'Intérieur par intérim devrait annoncer la démission de son gouvernement. La nouvelle équipe devrait donc être en place mercredi pour le Conseil des ministres.

Mère d'un enfant, journaliste "disciplinée, ambitieuse, allant jusqu'au bout" selon un confrère, Viktoria Marinova avait expliqué lors de sa dernière émission vouloir donner "une tribune" au journalisme d'investigation, déplorant "la pression" des politiques et des milieux d'affaires, des propos rares à la télévision bulgare.

Selon l'Association des journalistes européens, basée en Bulgarie, les journalistes de médias régionaux et locaux sont particulièrement exposés.

Le magazine raconte aussi que des "veillées" en hommage à Viktoria Marinova sont organisées dans plusieurs villes du pays à partir de lundi 8 octobre: Roussé, mais aussi Pleven, Vidin et Sofia. Façon de prévenir d'autres intrépides qui voudraient se frotter à eux.

Membre du conseil des directeurs de la chaîne locale TVN et présentatrice de sa propre émission, Detektor, Viktoria Marinova avait accueilli dans sa dernière édition (le 30 septembre) deux journalistes d'investigation chevronnés, le Bulgare Dimitar Stoyanov, du site Bivol, et le Roumain Attila Biro, de l'OCCRP (Organizing Crime and Corruption Reporting Project), qui enquêtaient sur l'affaire connue sous le nom de "GPGate", du nom de l'entreprise de construction GPGroup en Bulgarie, une vaste fraude présumée aux subventions européennes qui impliquerait des hommes d'affaires et des élus.

Bulgarie: Vague d'indignation après le meurtre d'une journaliste