Mercredi, 12 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Bolsonaro progresse encore dans les sondages — Brésil

Bolsonaro progresse encore dans les sondages — Brésil

09 Octobre 2018

"Il y a une dynamique en faveur" de Jair Bolsonaro, a expliqué, vendredi 5 octobre sur franceinfo, Armelle Enders, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris 8, spécialiste du Brésil, à deux jours du premier tour de l'élection présidentielle au Brésil. Sous la surveillance de quelque 280.000 policiers et militaires, les premiers bureaux de vote ont ouvert à 08H00 locales (11H00 GMT) et les derniers fermeront à 19H00 (22H00 GMT).

Les deux derniers, Ibope et Datafolha, accordaient samedi soir au candidat du Parti social libéral (PSL) 40 ou 41% des intentions de vote.

Son principal rival, Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT), qui a remplacé au pied levé comme candidat l'ex-président de gauche Lula, sonnait aussi le rappel. Le duel qui se profile pour le 2e tour du 28 octobre sera le résultat d'une attraction des électeurs vers les extrêmes, concomitante à l'effondrement inattendu du centre, notamment le grand parti PSDB de Geraldo Alckmin. "Il est perçu comme étant antisystème et un outsider alors qu'il est député depuis cinq mandats", relève M. Fleischer. Il compte endiguer la violence par une libéralisation du port d'arme et des exécutions extra-judiciaires de "bandits" par la police.

Fait rare, il n'a jamais été impliqué dans un scandale de corruption et veut nettoyer le pays de "ses élites corrompues". "On vote Bolsonaro pour que ça revienne", confie l'un d'eux. Ses électeurs se recrutent dans toutes les couches sociales et parmi les jeunes, qui n'ont pas connu la dictature (1964-85).

"La corruption est incrustée dans le PT (.) C'est un parti qui a trahi les travailleurs et qui n'a pour projet que le pouvoir", a accusé l'ex-capitaine de l'armée dans l'entretien d'une vingtaine de minutes, diffusé en différé sur une chaîne appartenant à un de ses soutiens, le fondateur de la puissante église évangélique l'Eglise universelle du royaume de dieu (IURD), Emir Macedo.

Bolsonaro s'est aliéné par ses insultes une majorité de Noirs, de femmes, d'homosexuels et de défenseurs des droits de l'Homme. A la veille du scrutin, il a adouci le ton.

Toutes les applications seront utilisables avec Windows 10 — Microsoft
Cette version embarque un correctif pour Intel Display Audio et devrait ainsi écarter toute possibilité de conflit. Une partie des données s'est retrouvée sur une autre partition, quand une autre a été irrémédiablement perdue.

"Nous voulons gouverner pour tout le monde, pas seulement pour les riches".

Haddad est le réceptacle de la haine farouche qu'inspire Lula à une bonne partie de la droite, du centre, des milieux d'affaires et des classes aisées.

Le PT a gouverné le Brésil de 2003 à 2016, un règne de 13 ans qui a pris fin brutalement avec la destitution de Dilma Rousseff, la dauphine de Lula.

Flambée de la violence qui a fait plus de morts en sept ans que dans la Syrie en guerre, économie en berne avec 13 millions de chômeurs, creusement des déficits comme des inégalités, discrédit des élites politiques et persistance de la corruption rongent le Brésil.

Le 1er tour devrait confirmer que la polarisation aura été fatale aux trois autres candidats de poids.

Bolsonaro place "Dieu au-dessus de tous". Quant à l'écologiste Marina Silva (Rede), qui avait réuni plus de 20 millions de voix aux deux dernières présidentielles, elle s'est écroulée à 4%. Si la présidentielle peut faire basculer le Brésil dans une ère inconnue, les élections des gouverneurs et des assemblées des 27 Etats, des 513 députés de la Chambre basse et des deux tiers des 81 sénateurs également prévues dimanche ne devraient en revanche pas transformer radicalement le paysage politique.

Bolsonaro progresse encore dans les sondages — Brésil