Jeudi, 28 Mai 2020
Dernières nouvelles
Principale » Pour son épouse, le président chinois d'Interpol est "en danger"

Pour son épouse, le président chinois d'Interpol est "en danger"

08 Octobre 2018

L'organisation internationale de police Interpol, dont le siège se trouve à Lyon, a annoncé dimanche soir la démission "avec effet immédiat" de son président chinois Meng Hongwei, porté disparu depuis plus de dix jours et que Pékin accuse d'avoir "violé la loi". Elle a été placée sous protection par la police française après avoir signalé la disparition de son époux en faisant état de menaces qu'elle a reçues via les réseaux sociaux et par téléphone, selon le ministère de l'Intérieur.

Elu en novembre 2016 pour quatre ans à la tête de l'organisation qui compte aujourd'hui 192 pays dont Haïti, Meng Hongwei a démissionné de son poste de président avec pour effet immédiat. Puis un second message est venu comprenant seulement un émoticône signifiant une situation de danger, d'après Mme Meng.

L'Office chinois de lutte contre la corruption a annoncé, tard dans la nuit dimanche, que Meng Hongwei faisait l'objet d'une enquête pour violations présumées de la loi. "Je ne suis pas sûre de ce qui lui est arrivé", a-t-elle répondu à des journalistes qui lui demandaient s'il avait été arrêté, avant d'apprendre qu'une enquête était ouverte en Chine contre son mari.

Un débat TV sans le favori des sondages — Présidentielle brésilienne
Il a - entre autres - dit à une députée qu'elle ne " méritait pas " qu'il la viole, et déploré la longueur des congés de maternité.

La voix tremblante, étouffant un sanglot, elle s'exprime dos aux caméras par souci de sécurité, refusant également d'être photographiée. "Tant que je ne vois pas mon mari en face de moi, en train de me parler, je ne peux pas avoir confiance", a confié l'épouse du président d'Interpol, . "C'est grâce à cela qu'il tiendra le coup", ajoute-t-elle. Dimanche, cette dernière a déclaré lors d'une conférence de presse à Lyon (Rhône) où Interpol est installé, qu'elle pensait son mari en danger.

Reste que le cas de M. Meng, qui a gravi les échelons de l'appareil sécuritaire chinois au temps où celui-ci était dirigé par un rival de Xi Jinping, est une première au sein de grandes institutions internationales.

Le journal de Hong Kong, South China Morning Post, qui cite une source anonyme, affirme que Meng Hongwei serait visé par une enquête dans son pays et aurait été interpellé dès sa descente d'avion en Chine. Ce rival, Zhou Yongkang, purge actuellement une peine de prison à perpétuité après avoir été condamné en 2015 pour corruption, abus de pouvoir et divulgation de "secrets d'État".

Pour son épouse, le président chinois d'Interpol est