Vendredi, 14 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Vu de l'étranger. Démission de Collomb : "Rien ne va plus en Macronie"

Vu de l'étranger. Démission de Collomb : "Rien ne va plus en Macronie"

04 Octobre 2018

Gérard Collomb s'est déjà accordé avec l'actuel maire de Lyon, Georges Képénékian, pour reprendre son écharpe: "Nous avons convenu depuis longtemps que je reviendrai à la tête de la mairie pour préparer les échéances futures". "Collomb se devait donc de calmer rapidement leurs velléités ". "Je vais retrouver Lyon avec un immense plaisir", a confié Gérard Collomb au Progrès.

Interrogé ensuite sur le sujet, Édouard Philippe a dans un second temps souligné qu'"il revient au premier ministre de proposer au président de la République la nomination ou la fin de fonction de ministres".

D'abord, cette nouvelle défection d'un ministre d'Etat s'inscrit désormais dans un mouvement général, témoignant d'une défiance du vieux monde comme du nouveau à l'égard du président Emmanuel Macron.

Groupe C - PSG vs. Étoile Rouge en chiffres
Face au PSG, elle a cédé après 20 minutes et un splendide coup franc, signé par un Neymar de plus en plus consistant. Une victoire qui relance les Parisiens dans la qualification aux huitièmes de finale.

Puis il a livré une première critique de nature politique voilée.

Une description alarmiste qu'il avait jusque-là toujours niée de la situation dans certains quartiers, "les quartiers Nord de Marseille, ceux du Mirail à Toulouse, de la périphérie parisienne, Corbeil, Aulnay, Sevran." que la République devrait reconquérir tellement la loi du plus fort s'y impose, "celle des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République ". "Nous vivons une époque difficile avec des menaces, à l'extérieur de notre territoire et parfois sur notre territoire (.)". Deux fois démissionnaire en l'espace de quelques heures, le ministre de l'Intérieur ne cache pas son intention de quitter l'exécutif au plus vite afin de battre campagne en vue des municipales de 2020 à Lyon. Ce n'est pas bon pour son image auprès des Français, les Lyonnais pourraient ne pas apprécier non plus la pantalonnade à laquelle leur édile s'est livré en leur nom. Autrement dit, les adieux parisiens furent froids, il n'est pas sûr que le comité d'accueil du retour soit tellement plus chaleureux. "C'est aujourd'hui une période inédite et très créative sur la manière dont les ministres d'État quittent le gouvernement". "C'est la chienlit au sommet de l'État", a commenté Boris Vallaud, le porte-parole du PS. Dès lors, la relation que Gérard Collomb, 71 ans, qualifiait de " filiale " avec Emmanuel Macron s'est émoussée.

Moins d'une semaine après Nicolas Hulot, la ministre des Sports Laura Flessel annonce, le 4 septembre, son départ du gouvernement "pour raisons personnelles", afin de renouer avec "des engagements passés, justement tournés vers l'humain, la solidarité et la coopération internationale". Une décision prise dans la nuit et dans l'urgence par un exécutif dépassé par l'obstination publique de Gérard Collomb. Le divorce d'avec la majorité des Français, sur fond d'austérité budgétaire et de cadeaux aux nantis, est patent.

Vu de l'étranger. Démission de Collomb :