Samedi, 20 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Privé de Collomb, Macron plonge à nouveau dans la crise

Privé de Collomb, Macron plonge à nouveau dans la crise

04 Octobre 2018

En première ligne lors de l'affaire Benalla Les tensions n'ont cessé de s'intensifier entre Emmanuel Macron et son soutien de la première heure depuis l'affaire Benalla en juillet.

De l'avis des deux tiers des sondés (64%) la façon d'être et le style d'Emmanuel Macron sont plutôt un défaut.

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, a eu gain de cause.

Gérard Collomb étant le septième ministre à quitter le gouvernement en seize mois - et le troisième ministre d'Etat, après François Bayrou et Nicolas Hulot - nombreux sont ceux à s'interroger sur ce qui ne tourne plus rond dans cette machine qui semblait si bien huilée depuis mai 2017.

Sans desserrer les dents, le Premier ministre, qui a dû annuler son déplacement prévu en Afrique du Sud, a également fait part de la "détermination" de l'exécutif "d'assurer le plus haut niveau de sécurité aux Français".

Elton John fulgurant dans le teaser du biopic "Rocketman"
Fêtes démentes, alcool à gogo et hospitalisation sont au programme de ce biopic qui devrait révéler l'envers du décor de la vie de rock star.

Le cafouillage autour du départ de Gérard Collomb et la nomination provisoire d'Edouard Philippe à l'Intérieur soulignent justement la difficulté pour l'exécutif de trouver un remplaçant à ce poste stratégique. Gérard Collomb s'est d'abord livré à son propre satisfecit.

Le nom de l'ancien maire de Tourcoing circule parmi les candidats potentiels au poste de ministre de l'Intérieur.

"Comme le prévoit la Constitution, le premier ministre formulera des propositions" au chef de l'État, a enchaîné Benjamin Griveaux, pour qui d'ici là l'intérim assuré par Édouard Philippe est "parfaitement tenable". "Le départ de Gérard Collomb, qu'Emmanuel Macron a tenté de retenir en vain, est la " deuxième négation de l'autorité hiérarchique du président", analyse auprès de 20 Minutes Chloé Morin, chargée de projets internationaux chez IPSOS et directrice de l'Observatoire de l'Opinion de la Fondation Jean Jaurès". À l'inverse, "Macron, en jouissant sans mesure du présidentialisme de la Ve République, a fini de déséquilibrer les pouvoirs dans notre pays", dénonce le mouvement Génération.s, tandis que pour Olivier Dartigolles (PCF) "la promesse du macronisme était de "réenchanter" la politique". " On a le sentiment que face à la baisse de la popularité d'Emmanuel Macron, il y a une forme de manque de solidarité".

Un conseiller du ministre démissionnaire ajoute, auprès du Monde: "Cela fait des années que Collomb n'a pas de patron. Collomb bafoue ce principe", note Chloé Morin.

Ministre de la Transition écologique et solidaire, le très populaire Nicolas Hulot annonce quinze mois après sa prise de fonction, le 28 août 2018, qu'il quitte le gouvernement, déplorant être "tout seul à la manœuvre" sur les enjeux environnementaux. "Et les macronistes le reconnaissent eux-mêmes, ils n'ont pas de réseau d'élus locaux suffisamment solide".

Privé de Collomb, Macron plonge à nouveau dans la crise