Dimanche, 9 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Mise en garde d'un médecin contre certaines prothèses mammaires — Cancer rare

Mise en garde d'un médecin contre certaines prothèses mammaires — Cancer rare

29 Septembre 2018

Cela peut sembler peu pour 400 000 à 500 000 femmes porteuses d'implants mammaires, mais pour Christian Marinetti, les patientes touchées ont presque toutes un point commun; elles portent la même prothèse.: "Celle qui donne le plus de problèmes de lymphome, c'est la Biocelle d'Allergan". Ceux-ci favoriseraient l'apparition d'un lymphome anaplasique à grande cellule, un cancer qui affecte les ganglions lymphatiques.

Christian Marinetti fonde son accusation sur un rapport de l'agence du médicament (ANSM) publié en juillet. Les modèles mis en cause par le chirurgien-plasticien sont les implants mammaires texturés Biocell Allergan. Texturée, elle est conçue pour mieux adhérer au sein. "C'est aussi pour ça que nos prothèses sont le plus citées dans ces cas de cancers".

Avec 360 000 nouveaux cas diagnostiqués et 92 000 décès chaque année en Europe, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Les cas de cancer restent rares, et pour l'heure, Christian Marinetti conseille une surveillance attentive des prothèses Biocell et non de les retirer. "Le risque est faible, précise-t-il, mais maintenant que nous le connaissons, nous sommes obligés d'en tenir compte". " Christian Marinetti ne veut pas bannir ces implants, il leur reconnaît même des avantages". Il conseille de ne pas s'affoler, de ne pas retirer ces implants aux femmes qui en porteraient, mais de les surveiller. En mars, un article du New York Times relayait le cri d'alarme de l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments, qui mettait en évidence le lien entre prothèse mammaire texturée et la présence de lymphomes chez certaines patientes. Mais elle le justifie par le fait que ses prothèses sont aussi les plus implantées en France, et qu'elles sont marquées donc plus traçables que celles d'autres fabricants.

Chlordécone: "L'État doit prendre sa part de responsabilité" dit Macron
Il en conclut qu'il "ne serait pas responsable de dire qu'il y a une réparation individuelle pour tous". La Cour internationale de Justice a annoncé avoir été saisie d'une plainte des.

Contacté par Franceinfo, Allergan France a reconnu la part importante de ses prothèses dans les cas de lymphomes, mais se défend de toute ressemblance avec l'affaire PIP: "C'est parce que nous sommes aussi la marque la plus implantée", explique Francis Lemoine, le président d'Allergan France.

Du côté de l'entreprise, le mot d'ordre est simple: les cas de maladies détectées ne sont pas liées, comme dans le cas de l'affaire PIP, à des prothèses mammaires défectueuses. Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP, a été condamné en appel à 4 ans de prison en mai 2016. Devant le risque pour la santé publique, près de 15.000 femmes en France avait subi une explantation préventive. Ni pour l'instant de retrait.

Mise en garde d'un médecin contre certaines prothèses mammaires — Cancer rare