Mardi, 16 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Ain : une étrange concentration de bébés nés sans bras ou mains

Ain : une étrange concentration de bébés nés sans bras ou mains

28 Septembre 2018

L'affaire vient d'être médiatisée par France 2: un nombre anormalement élevé d'enfants est né sans mains et sans bras dans le département de l'Ain.

Cette fréquence est 58 fois plus élevée que la normale et n'a pas de raison apparente.

Pour l'heure, on ignore à quoi sont dues ces malformations. Les journalistes ont pu consulter un rapport médical longtemps resté confidentiel.

50 millions de comptes touchés par un piratage — Facebook
Mark Zuckerberg, son PDG, a toutefois affirmé lors d'une conférence téléphonique que la faille avait été réparée jeudi soir. Après une nouvelle identification, les personnes touchées ont reçu un message pour expliquer la situation.

C'est le Remera -Registre des malformations en Rhône-Alpes- qui a été chargé de comprendre ce qu'il se passe autour de Druillat. Les médecins n'ont pas d'explication et l'anomalie ne serait pas génétique, ni liée à des prises de médicaments, ou de drogue. Cette dernière a cependant contesté la méthodologie employée: "Compte tenu de la nature du problème détecté et de ses répercussions sociétales en termes de craintes des populations concernées, une vigilance renforcée semble nécessaire", a-t-elle juste répondu deux ans plus tard, sans plus d'inquiétudes. "Le seul point commun, c'est qu'elles habitent toutes en zone rurale, au milieu de maïs et de tournesols", indique Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice générale du Remera, au micro de France 2.

Aujourd'hui, après 45 années d'existence, la structure Remera pourrait disparaître. La région Auvergne Rhône Alpes, qui cofinançait, ne s'en occupe plus. Quant à l'autre financeur de l'organisme, l'Inserm, il estime que l'apport du Remera à son travail de recherche scientifique est trop faible pour justifier d'un soutien financier. "Les conséquences sont très simples, c'est la fin de la surveillance des malformations, c'est-à-dire clairement la fin de l'alerte aussi", explique l'épidémiologiste laissant clairement entendre que le mystère ne sera sans doute jamais résolu.

Entre-temps, de nouvelles alertes auraient été données en Bretagne et Pays de la Loire.

Ain : une étrange concentration de bébés nés sans bras ou mains