Jeudi, 13 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Donald Trump défend encore Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême

Donald Trump défend encore Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême

25 Septembre 2018

Elles ont réagi à un message du président américain qui reprochait à la femme qui accuse son candidat à la Cour suprême d'agression sexuelle de ne pas avoir alerté la police au moment des faits.

Christine Blasey Ford accuse Brett Kavanaugh de l'avoir agressée sexuellement lors d'une soirée arrosée dans les années 80 alors qu'ils étaient mineurs. "Je n'ai aucun doute que si les attaques avaient été aussi graves que ce que dit le Dr Ford, il y aurait eu une plainte d'elle ou de ses parents aimants", a tweeté le président Trump vendredi 21 septembre, en réclamant que l'universitaire mette sur la table "date, heure et lieu" des faits présumés.

Le chef des sénateurs démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a qualifié vendredi les propos de Donald Trump de "méprise choquante (d'une personne) survivant à un traumatisme". Mais sa phrase a déclenché une petit tempête de réactions sur Twitter, autour du hashtag #WhyIDidntReport, "Pourquoi je n'ai pas porté plainte".

Ce mot d'ordre fait écho au mouvement #MeToo, qui a contribué en un an à faire chuter des dizaines d'hommes de pouvoir. Soucieux de ne pas s'aliéner l'électorat féminin à quelques semaines d'élections législatives à haut risque, le président Trump, pourtant prompt à rembarrer ceux qui se dressent sur son chemin, n'avait jusqu'ici pas critiqué nommément Mme Blasey Ford.

Michel Houellebecq s’est marié ce week-end
Sans présumer outre mesure, gageons que l'écrivain a dû amasser quelques particules de bonheur, ce samedi 22 septembre. Le romancier de 62 ans porte un costume gris anthracite tandis que sa femme est habillée en rose.

Dans son témoignage publié initialement dans le Washington Post, Christine Blasey Ford avait expliqué que Brett Kavanaugh et un ami, "complètement ivres", l'avaient coincée dans une chambre, plaquée sur un lit et aurait cherché à la déshabiller, avant qu'elle ne parvienne à s'enfuir. Convocation lundi La commission judiciaire du Sénat, chargée d'examiner la candidature du juge Kavanaugh, a convoqué les deux parties à s'exprimer lundi.

Pour la Maison blanche, les juristes tentent de retarder la procédure de confirmation du juge Kavanaugh qui dément les accusations de Christine Blasey Ford et s'est dit prêt à être lui aussi interrogé sur ce sujet. Après quatre jours d'hésitation, Mme Blasey Ford a fait savoir qu'elle souhaitait bien être entendue par le Sénat mais à certaines conditions. Ensuite, elle veut que les conditions de l'audition soient " justes " et répète sa " préférence " pour une enquête du FBI avant l'audition. Elle demande que sa sécurité soit assurée. Depuis qu'elle est sortie de l'anonymat, elle a reçu " des menaces de mort (...) et sa famille et elle ont dû quitter leur domicile", rappelle l'avocate dans un e-mail adressé à la commission sénatoriale.

"Nous devons traiter les survivants d'agression sexuelle avec respect, ne pas les intimider ni tenter de leur faire garder le silence", a tonné Dianne Feinstein, sénatrice démocrate de Californie, membre de la commission judiciaire. "Dans un futur très proche, le juge Kavanaugh siègera à la Cour suprême", avait assuré vendredi leur numéro un au Sénat Mitch McConnell.

L'enjeu est immense: la nomination à vie de ce magistrat pourrait placer les juges progressistes ou modérés en minorité pour de longues années à la Cour suprême, arbitre des grandes questions qui divisent la société américaine, comme le droit à l'avortement. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Donald Trump défend encore Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême