Vendredi, 19 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Plan santé : ces mesures pour lutter contre les déserts médicaux

Plan santé : ces mesures pour lutter contre les déserts médicaux

22 Septembre 2018

Désormais, "comme dans toutes les filières, des examens sanctionneront le passage en deuxième année puis en troisième", explique Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, au Parisien, soutenant que cette réforme "va permettre de diversifier les profils". "Il pèche par un vrai handicap d'organisation".

"Je salue l'ambition du plan "Ma Santé 2022 " présenté, ce jour, par le Président de la République, qui vise au renforcement de l'offre de soins et à l'amélioration de la qualité de la prise en charge".

Le président qui avait souhaité "refonder l'État providence du XXIe siècle" en présentant son plan de lutte contre la pauvreté la semaine dernière veut que le système de santé en soit "un des piliers". La première année commune aux études de santé (Paces) donne actuellement lieu à un concours très exigeant: sur les quelque 60.000 étudiants inscrits, seulement 13.500 ont été autorisés cette année à poursuivre leur cursus en médecine, odontologie (dentaire), pharmacie ou maïeutique (sages-femmes).

"C'est trop frais pour en parler, on ne sait pas encore comment se positionner, répond au HuffPost la prépa privée Médical Sciences à Bordeaux, qui propose un enseignement parallèle en médecine à 3000 euros l'année". Dans l'immédiat, l'exécutif veut "regagner du temps médical" et va mettre la main à la poche pour y parvenir. Pour financer ces mesures, 400 millions d'euros supplémentaires seront débloqués en 2019 et devraient être reconduits jusqu'à la fin du quinquennat.

Le plan global sera doté d'un budget de 3,4 milliards d'euros d'ici 2022, a indiqué le ministère de la Santé à l'AFP.

Dans le détail, près de 1,6 milliard d'euros sera consacré à "la structuration des soins dans les territoires", 920 millions à l'investissement hospitalier, 500 millions à la "transformation numérique" et 420 millions à "l'évolution des métiers et des formations".

Un autre personnage régulier quitte la série — Good Doctor
Elle incarnera une oncologue qui fait son retour à l'hôpital de San Jose pour soigner ( spoiler! ) le docteur Glassman. En France " Good Doctor " est diffusée sur TF1 qui propose chaque mardi soir les épisodes de la saison 1.

Lors de la présentation de la réforme du système de santé, Emmanuel Macron a évoqué la question des assistants médicaux. Ces assistants auront pour mission de "décharger" les médecins des tâches administratives et de certains "actes simples comme une prise de tension ou de température", mais ces postes ne seront financés que pour les praticiens exerçant en groupe ou au sein d'une équipe de soins, a précisé l'entourage du chef de l'État.

Dans la même veine, 400 postes de médecins salariés seront créés dans les déserts médicaux "pour permettre aux patients d'accéder à une consultation généraliste". Mais le gouvernement lorgne aussi le gisement d'économies des actes "inutiles", favorisés par la très décriée "tarification à l'activité" (T2A). Des financements au forfait vont par ailleurs être mis en place dès 2019 pour deux pathologies chroniques: le diabète et l'insuffisance rénale chronique.

Le gouvernement va rebattre la carte hospitalière, pour "organiser une vraie gradation des soins". "On travaille à la fois avec les organisations étudiantes, les professionnels de santé, les centres de formation, les facultés de médecine, de santé, etc., de façon à définir quelles seront " ces différentes voies d'accès " aux différentes formations", a développé Frédérique Vidal.

Dans l'esprit d'Emmanuel Macron, le médecin seul à son cabinet semble être devenu un anachronisme et il promet que seront déployées les "Communautés professionnelles territoriales de santé " et que l'exercice isolé, qui concerne aujourd'hui encore plus de la moitié des médecins, ne sera bientôt "plus possible ".

Un nouveau statut d'hôpital "de proximité" sera créé par une loi en 2019 pour les 600 plus petits établissements, qui seront "réorientés sur des priorités" incluant la gériatrie, la rééducation, l'imagerie, la biologie ou encore la télémédecine.

Plan santé : ces mesures pour lutter contre les déserts médicaux