Lundi, 15 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Une vidéo d'agression sexuelle sur internet bloquée par la police — Toulouse

Une vidéo d'agression sexuelle sur internet bloquée par la police — Toulouse

19 Septembre 2018

C'est à la suite de plusieurs signalements sur le site spécialisé de la police Pharos créé pour signaler un contenu suspect ou illicite repéré sur internet, que la police nationale a bloqué ce lundi soir le contenu de plusieurs vidéos diffusées sur le réseau social Snapchat.

Une enquête a été ouverte ce lundi soir en France après la diffusion sur Snapchat et Twitter d'une vidéo montrant " des actes sexuels non consentis ". Des propos qui ne laissent aucun doute sur le fait que les auteurs avaient conscience de ce qu'ils faisaient, rapporte France 3 Occitanie. "Arrête de filmer, c'est un viol (...) c'est un viol, c'est un viol", lâchent également des personnes présentes". "Laissez-moi seul, il faut que je lui règle son compte", déclare l'un des agresseurs.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche, sur le parking d'une boîte de nuit de Balma, dans la banlieue toulousaine.

IPhone XS et XS Max : un gain considérable de performances LTE
L'appareil dispose en grande partie des mêmes fonctionnalités que le Xs mais avec un écran LCD plutôt que OLED . Pour réparer l'écran de l'iPhone X , il fallait débourser 311.10 euros.

La vidéo montre le viol collectif d'une jeune femme, âgée de 19 ans, par quatre hommes âgés de 25 à 30 ans, précise le quotidien régional. Très rapidement, les forces de l'ordre ont été alertées par de nombreux internautes de la diffusion de ces images sordides. Elles ont été bloquées, cependant, il est recommandé de ne pas les relayer si elles sont encore disponibles sur d'autres supports.

Depuis, la victime a pu être identifiée et elle a été auditionnée par les gendarmes.

Le parquet ne savait pas encore si la jeune fille avait décidé de porter plainte, mais a souligné que "l'enquête aurait lieu que ce soit le cas ou non".

Une vidéo d'agression sexuelle sur internet bloquée par la police — Toulouse