Mercredi, 24 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Peines confirmées pour "Closer" — Kate seins nus

Peines confirmées pour "Closer" — Kate seins nus

19 Septembre 2018

La cour d'appel de Versailles, vient de confirmer la condamnation de deux membres du magazine people, à une amende maximale de 45 000 euros.

Le litige remonte au 14 septembre 2012, date de diffusion dans les kiosques français du N°379 de l'hebdomadaire people. Il contenait des clichés de Kate Middleton et du prince William, en vacances, au bord de la piscine d'un luxueux domaine du sud de la France.

Le tribunal correctionnel de la ville de Nanterre, avait préalablement requis un versement de 100 000 euros en guise de dommages et intérêts, alloués à la duchesse de Cambridge et son époux. Sur ces photos, Kate Middleton ne portait qu'un bas de maillot de bain.

Perpignan : l'identité peut-être retrouvée de Marie bonheur
Son véritable nom n'a en revanche pas encore été révélé, sur les conseils du personnel médical qui la suit depuis plusieurs mois. Car, comme le disait Marie voilà quelques jours: "J'ai vécu quelque chose de traumatisant et j'ai dû mettre des barrières".

Outré par la diffusion de ces clichés, le couple avait obtenu l'interdiction de ces images que même les tabloïds anglais, pourtant connus pour leur férocité, avaient refusé de publier.

Une peine dont Closer a fait appel.

"Cette histoire pose un certain nombre de problèmes, notamment le problème de la liberté de la presse", a-t-il plaidé, soulignant que "la famille royale d'Angleterre vit de son image et de la gestion de son image". "On a une atteinte absolument inadmissible non seulement à la vie privée et à l'intimité des deux personnes, mais en plus une atteinte à la dignité de la femme", a estimé l'avocat général Marc Brisset-Foucault. Dans une lettre lue par son avocat, Me Jean Veil, lors de l'audience, le duc de Cambridge évoquait le souvenir douloureux du décès de sa mère, cette dernière ayant été suivie à de nombreuses reprises par les paparazzi: " Les faits soumis à votre juridiction sont de surcroît particulièrement douloureux car ils nous rappellent le harcèlement qui est à l'origine du décès de ma mère, Diana, princesse de Galles ", écrivait-il.

Peines confirmées pour