Jeudi, 13 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » La justice suisse ouvre une enquête pour viol — Tariq Ramadan

La justice suisse ouvre une enquête pour viol — Tariq Ramadan

19 Septembre 2018

Après cinq mois d'enquête, le parquet a jugé que cette plainte était suffisamment sérieuse, et a ouvert début septembre une instruction à l'encontre de Tariq Ramadan, révèle dimanche la Tribune de Genève.

Tariq Ramadan a été mis en examen et incarcéré le 2 février pour "viol" et "viol sur personne vulnérable", après les plaintes d'Henda Ayari et d'une autre femme surnommée Christelle. Atteint d'une sclérose en plaque, il est détenu à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, en banlieue parisienne.

La confrontation mardi avec l'une des accusatrices françaises identifiée sous le prénom de Christelle était initialement prévue en juillet mais avait été reportée, la plaignante ayant fait savoir qu'elle était souffrante. Ce qu'a confirmé une expertise médicale, réclamée par la défense.

"Ma cliente reste déterminée, d'autant plus après avoir été salie et accusée à tort d'avoir repoussé de manière infondée la confrontation de juillet ", a-t-il ajouté.

Lors de la première confrontation, "Christelle" avait décrit aux enquêteurs la cicatrice que Tariq Ramadan porte à l'aine. Pour la défense, cet élément, qui avait pesé dans la décision d'incarcération, a pu être obtenu par une éventuelle "collusion " des plaignantes avec des adversaires, notamment la polémiste Caroline Fourest, et d'anciennes maîtresses de l'intellectuel.

La Syrie abat "accidentellement" un avion de son allié russe
Un temps soupçonnée d'avoir joué un rôle dans l'accident, l'armée française a démenti " toute implication (...) dans cette attaque ".

En garde à vue, le théologien avait seulement admis un "jeu de séduction " dans les correspondances avec cette admiratrice. Il avait déclaré l'avoir vue 20-30 minutes dans le hall de ‎l'hôtel le 10 octobre 2009, alors qu'elle affirme y avoir été violée la veille avec une rare violence ‎puis abandonnée, en état de choc, dans la chambre de M. Ramadan.‎. Cette fois-ci, il doit faire face à celle qui se fait appeler "Christelle", la deuxième des trois femmes qui l'accusent de viols en France. Par ailleurs, une troisième femme, Mounia Rabbouj, l'accuse également de viols, l'islamologue a été placé sous le statut de témoin assisté dans ce volet.

‎"Les procureurs et la police de Genève ont travaillé rapidement et bien", s'est félicité ‎Romain Jordan, l'avocat de l'accusatrice, dans un mail envoyé à l'AFP.‎. Face à ces premières accusations, Tariq Ramadan avait nié tout viol et même tout acte sexuel.

"On s'interroge sérieusement sur le calendrier de cette procédure" en Suisse, a fait valoir Me Marsigny, dont le client "sait parfaitement qui a déposé cette plainte et connaît ses liens avec les autres plaignantes".

La défense de M. Ramadan entend déposer dès mardi, après la confrontation, une ‎troisième demande de mise en liberté.‎.

La justice suisse ouvre une enquête pour viol — Tariq Ramadan